Le gouvernement déploie 10000 soldats dans la banlieue violente de la capitale dominée par les gangs, à San Salvador

1,335

SAN SALVADOR (Reuters) – Le président du Salvador, Nayib Bukele, a annoncé samedi le déploiement de 10000 forces de sécurité dans une banlieue de San Salvador connue pour être un bastion pour les gangs.

Cette mesure est la dernière escalade d’une croisade contre la violence des gangs qui a commencé en mars, et qui, selon les groupes de défense des droits de la personne, a été entachée par des détentions injustifiées.

“Soyapango est totalement encerclé”, a écrit le président sur Twitter début samedi, se référant à la municipalité dans la partie est de la région de la capitale connue pour être un bastion des gangs Mara Salvatrucha et Barrio 18.

“8.500 soldats et 1.500 agents ont encerclé la ville, tandis que les équipes d’extraction de la police et l’armée sont chargées de sortir tous les membres du gang encore là un par un.”

Les représentants du gouvernement ont refusé de commenter le déploiement.

Les images diffusées par le gouvernement montrent des troupes portant des armes lourdes, des casques et des gilets pare-balles, voyageant dans des véhicules de guerre. La municipalité a une population d’environ 300000 habitants et était auparavant considérée comme imprenable pour l’application de la loi.

Le gouvernement déploie 10000 soldats dans la banlieue violente de la capitale dominée par les gangs, à San Salvador
© Thomson Reuters

Depuis qu’il a commencé son plan de lutte contre les gangs, Bukele a ordonné l’arrestation de plus de 50 000 membres présumés de gangs, qu’il décrit comme des terroristes, et a nié les droits procéduraux fondamentaux.

Le plan vise à réduire le taux d’homicides en Amérique centrale à moins de deux par jour, après que des dizaines de Salvadoriens ont été tués en une seule fin de semaine en mars.

(Reportage de Gerardo Arbaiza; édité par Noé Torres et Alexander Villegas et Franklin Paul)

Comments are closed.