Coopération Haïti – Communauté Internationale: Sanctions de dupes?

1,057

Planet Press

par Ambassadeur Stanley Lucas

A quoi doit s’attendre Haiti victime d’une épidémie du choléra amenée par des soldats des Nations Unies qui a tué 10,500 haïtiens et douze ans plus tard sans payer des réparations aux familles des victimes noirs, ces blancs reviennent à la charge avec des sanctions et propositions d’intervention militaire pour résoudre les problèmes de sécurité? See👉🏿 http://solutionshaiti.blogspot.com/2010/11/cholera-in-haiti-is-united-nations.html?m=0

Suite à l’adoption de la résolution 2653 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies 👉🏿 https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/N22/646/07/PDF/N2264607.pdf les États Unis et le Canada ont décidé de sanctionner l’actuel et l’ancien président du sénat d’Haiti Joseph Lambert et Youri Latortue, comme pour faire croire qu’ils représentent l’axe central du réseau des gangs, de la drogue, de l’insécurité et l’instabilité politique en Haïti. https://home.treasury.gov/news/press-releases/jy1080

Ce qui attire rapidement l’attention c’est qu’aucune procédure auprès du gouvernement haïtien ou judiciaire internationale n’a accompagné cette mesure comme ce fut le cas pour le sénateur Fourrel Célestin 👉🏿 https://www.orlandosentinel.com/news/os-xpm-2004-07-20-0407200264-story.html

Cette façon de faire a généré de nombreuses questions, les sanctions imposées contre ces deux personnalités vont-elles améliorer l’environnement sécuritaire d’Haiti ou est-ce pour trouver du support pour le contrôle du pouvoir exécutif par un poulain de Washington et d’Ottawa? Ces sanctions font-elles partie d’une stratégie réelle pour détruire les gangs de Port-au-Prince? Ou est-ce la résultante de luttes de clans d’intérêts à Washington et Ottawa voulant exploiter le sous-sol haïtien? 👉🏿 https://www.haitilibre.com/article-7929-haiti-economie-le-senat-vote-la-suspension-des-permis-miniers-en-haiti.html

Les haïtiens se demandent aussi pourquoi ce refus systématique d’Ottawa et de Washington de s’attaquer aux oligarques haïtiens qui sont les maîtres des gangs, du trafique d’armes, de la corruption et responsables principaux de l’insécurité, des kidnappings et des assassinats en Haïti dont une grande partie est décrite dans le livre zombie files de Max Kail employé de la MINUSTAH? Pourquoi les oligarques haïtiens ne sont-ils pas sur la liste comme les oligarques russes sanctionnés publiquement? Pourquoi ignorer dans les considérations actuelles le paiement des réparations des familles haïtiennes victimes du choléra des Nations Unies? Est-ce que les États Unis et le Canada paieront cette facture du choléra? Est-ce que le modèle de compensation 1.5 milliards de dollars payés par la Lybie pour compenser les victimes de Lockerbie en 1988 peut servir de référence pour payer les réparations à Haïti? Ne serait-ce pas une victoire pour l’administration Biden qui lutte contre le racisme systémique? Pourquoi seulement deux membres de la famille des Nations Unies sont-ils actifs dans l’application de la résolution 2653? A quand les sanctions contre madame Helen Lalime qui a présidé ces catastrophes et qui affirmait en 2020 le fait pour les gangs de se federer avait réduit le kidnaping et les crimes de 12%? Est-ce que ces pays qui saisissent les avoirs et bien d’haïtiens à l’étranger vont les rapatrier au trésor public haïtien ou vont les utiliser à leur gré comme l’a fait la Suisse après la saisie des avoirs de Duvalier qui ont été donnée à une ONG bidon?

Depuis l’assassinat du Président Jovenel Moïse, Haïti fait face à quatre défis. Le combat pour la justice en vue de mettre sous les verrous les blancs, les oligarques haïtiens et leurs complices qui ont assassiné le président d’Haiti. Le rétablissement de la sécurité. Le retour à l’ordre constitutionnel à travers des élections dans un délai ne dépassant pas douze mois. Et, s’attaquer à la situation socio-économique, humanitaire rendue plus difficile à cause de la recrudescence de l’épidémie du choléra propagée en Haïti par les soldats des Nations Unies en Novembre 2010.

En 2021 Haiti a été victime de sa coopération sécuritaire avec les États Unis dans le cadre de la lutte contre la drogue. Depuis près de trente ans Haïti a signé avec la Secrétaire d’Etat Madeleine Albright, une coopération facilitant le travail conjoint entre sa police nationale et l’agence américaine de lutte contre la drogue la DEA pour combattre les trafiquants. Des éléments corrompus du gouvernement et du secteur privé américain ont abusé de la confiance d’Haiti. Ils ont utilisé le nom de la DEA pour paralyser et infiltrer les forces de sécurité d’Haiti pour assassiner le 7 Juillet 2021 le 58em président constitutionnel d’Haiti, Jovenel Moïse sous les yeux complices de la BINUH. Les journaux américains ont confirmé la présence d’employés de la DEA dans l’assassinat. Alors que Felix Badio Joseph impliqué dans le crime dans sa lettre en date du 21 Octobre 2022 destinée à l’ambassade américaine à Port-au-Prince, affirme que c’était plutôt le Counter Terrorism Unit (CTU) des États Unis qui était chez le président au moment de l’assassinat qui se faisait passer pour la DEA. C’est ce qui est à l’origine de la dégradation de la situation sécuritaire et politique d’Haiti. En plus fait que durant le mandat du Président Jovenel Moïse la communauté internationale a refusé d’équiper en armes la police et l’armée d’Haiti alors que les gangs recevaient de nombreuses cargaisons d’armes et de balles de la Floride. Même des blindés commandés par le gouvernement Moïse pour renforcer les capacités de la police avaient été bloqués par les autorités du Canada à travers leur refus du permis d’exportation en 2020-2021.

Seize mois après l’assassinat du président haïtien, malgré les efforts pour banaliser ce crime, à cause des faits, il est impossible d’ignorer l’éléphant dans la salle. Aux yeux de tous le comportement des “partenaires” d’Haiti est louche. La Charte Démocratique régionale n’a pas été invoquée, un tribunal spécial des Nations Unies pour enquêter sur l’assassinat est activement sabote, le FBI n’a pas produit comme promis son rapport sur le crime d’état où des dossiers ont été classés secrets, une insistance sur une intervention militaire étrangère refusée par le peuple se dessine à travers une propagande manufacturée par des élites globalistes corrompues, des sanctions farces qui n’ont rien à voir avec les oligarques haïtiens qui devraient en être l’objet.

La “coopération” des blancs est pour l’opinion publique haïtienne suspecte. Le refus depuis cinq ans de donner des armes et des équipements à l’armée et à la police haïtienne capables de détruire les gangs alors que 97% des armes et balles destinés aux gangs viennent de la Floride a suscité un questionnement sur les objectifs réels de la communauté internationale en Haïti. La grande majorité d’haïtiens croient que la communauté internationale est l’arsoniste qui joue au pompier pyromane. D’ailleurs c’est ce qui a provoqué cette réaction raciste au mois d’Aout dernier de Bob Rae Ambassadeur du Canada aux Nations Unies, qui a traité le peuple haïtien de ridicule pour avoir conclu que les blancs veulent le chaos en Haïti👉🏿 https://lenouvelliste.com/article/237736/bob-rae-ridicule-de-penser-que-la-communaute-internationale-veut-le-chaos-pour-envoyer-des-casques-bleus-en-haiti/amp

Quant au le retour à l’ordre constitutionnel à travers les élections, au nom de la grande corruption de la transition, renvoyer sine die. Ces mêmes blancs globalistes corrompus qui ne rataient pas une occasion pour demander au Président Jovenel Moïse d’organiser des élections dans les plus brefs délais alors qu’ils savaient pertinemment que le sénat bloquait le vote de la loi électorale et la violence des gangs sponsorisée par les oligarques pour intimider l’enregistrement des électeurs. Malgré tout cinq millions avaient obtenus leur carte électorale. Aujourd’hui, à la recherche de contrats miniers corrompus d’un gouvernement de transition haïtien formés de criminels n’ayant aucun mandat du peuple haïtien, les blanc ne parlent plus de l’urgence des élections.

Haïti avait déjà décelé cette corruption étrangère quand certains éléments corrompus de la banque mondiale avaient voulu se substituer au parlement haïtien, en décidant de préparer le cadre légale d’exploitation des mines en Haïti. Haïti avait gentiment rejeté cette mauvaise pilule.👉🏿 https://www.brettonwoodsproject.org/2015/09/world-bank-support-for-haitian-mining-far-from-a-gold-standard/

Une grande partie de la violence et l’instabilité politique en Haïti viennent de l’ambition démesurée des élites globalistes corrompues du Canada et des États Unis qui veulent s’emparer à tout prix des richesses du sous-sol haïtien.

Tout ceci pour dire qu’on se moque d’Haiti. Les efforts de Katz et consorts pour réécrire l’histoire de l’assassinat du président d’Haiti pour salir le cadavre de Jovenel Moise dans foreign policy fait partie du cadre artificiel inventé. Ses tweets avant l’assassinat du président sont riches pour découvrir son agenda.

Les efforts de l’administration Moïse pour renforcer les capacités de l’état haïtien au cours des trente-cinq dernières années étaient perçus comme une menace par les oligarques haïtiens et leurs alliés étrangers. Pour leur agenda l’état nègre d’Haiti doit être vulnérable, faible et incapable de se défendre.

Le Président Jovenel Moïse a été assassiné à cause de ses réformes économiques qui mettaient fin à un système de pillage de l’état Haïtien et du peuple à travers des monopoles contrôlés par des oligarques haïtiens criminels et leurs patrons.

Les élites globalistes corrompues associées aux oligarques criminels Haïtiens ont utilisé des soldats colombiens et la République dominicaine pour assassiner le président haïtien. Le Président Abinader, du club Ivy League fait partie intégrante du complot.

Le régime de sanctions pour être sérieux devrait cibler les 4 étages de la violence des gangs, le trafique des armes et l’insécurité ainsi que les seize catégories sur le tableau attaché à l’article. Le premier étage comprend les gangs. Ils sont 53+ dans la zone métropolitaine (voir tableau). Le deuxième étage comprend quatre catégories, les officiels du gouvernement d’Ariel Henry actuellement appuyés par la communauté internationale, les juges, commissaires du gouvernement et membres du conseil du pouvoir judiciaire relâchant ou protégeant les gangs pour de l’argent, les leaders politiques et des anciens parlementaires. Le troisième étage comprend les diplomates corrompus, des anciens présidents, des oligarques et leurs lobbyistes. Le quatrième étage les élites globalistes corrompues et racistes. Ces quatre étages définissent une liste claire pour des sanctions ciblées, les oligarques, quinze ou plus, les anciens présidents, trois, les officiels du gouvernement, treize, sénateurs en fonction, trois, anciens parlementaires, dix-sept, les juges, cspj, substitut, trente-deux, commissaires de police supportant l’organisation criminelle Fantôm 509, quatre, policiers faisant partie des gangs, 150+, leaders politiques, huit, chefs de gangs 53+, cour des comptes, deux, responsables de droits humains, trois, journalistes, quatre, lobbyistes étrangers, deux, églises, vingt, blancs globalistes corrompues et racistes, dix. Les haïtiens ont un doute absolu que des sanctions seront appliquées contre cette clique. La croyance populaire haïtienne, les étrangers utiliseront ce moment pour renforcer leur contrôle sur les oligarques et politiciens corrompus haïtiens pour préserver le système. Un pari très difficile à réaliser quand le peuple comprend déjà le jeu des dupes. La réponse populaire sera probablement la relance de la mobilisation bwa kale! Le moment sera difficile pour les accords, antennes de l’international.

Comme les efforts pour empêcher l’enquête internationale sur l’assassinat du Président Jovenel Moïse et la mise en place d’un tribunal pénal international pour Haïti, le dossier de paiement des réparations aux 10,500 familles victimes du choléra est ignoré comme la vie des noirs n’a pas la même valeur que la vie d’un blanc. C’est ce que le Président Joe Biden appelle le racisme systémique qu’il faut combattre et déraciner. Le combat pour la démocratie et les valeurs universelles continue.

Ambassadeur Stanley Lucas etait le Conseiller Special du Président Jovenel Moïse

Comments are closed.