Histoire : savez vous que les premières universités européennes furent fondées par les Africains ?

95

le 6 juin 2020 Publié par Stéphane Ayégbé

Le Moyen-Âge à été marqué par une forte présence des africains vers d’autres territoires, avec plusieurs conséquences.

Au début du VIIIème siècle, des chevaliers noirs venus d’Afrique ont envahi l’Espagne, le Portugal et la France sous la houlette de troupes arabo-musulmanes. Leur supériorité militaire et leurs nombreuses victoires ont impressionné les gens du moyen-age qui nous ont légué bon nombre de témoignages historiques sur leur présence qui a générée des familles mixtes.

Les français portant le nom de leurs patriarches noirs

Beaucoup de familles françaises portent le nom de leur patriarche Noir en guise de nom de famille(Moraux, Morel, Morand). Ces Africains vivaient en France, en Espagne, en Italie, en Angleterre et au Portugal où ils exerçaient le pouvoir dans certaines régions. Ils habitaient dans les châteaux forts ou dans les villes et vivaient en parfaite harmonie avec la population. Cette présence Noire en Europe, étalée sur plusieurs siècles, va inspirer considérablement les poètes français du Moyen Age ainsi que bons nombres d’artistes et d’historiens qui vont nous laisser des témoignages de leur passage. Dans l’épopée «La chanson de Roland», les adversaires de Roland sont justement ces chevaliers Noirs menés par le roi Massile. Roland et son armée ont été vaincu par ces chevaliers Noirs. En Angleterre, il existe aussi les épopées du Noir Morien, un jeune Maure qui a vraisemblablement vécu à l’époque du Roi Arthur. Il était d’ailleurs d’usage à l’époque d’employer le mot Maure pour dire Africain.

La preuve de cette présence Africaine

L’existence de ces vestiges historiques remet même en question la thèse disant que Charles Martel aurait totalement refoulé les Arabes et les Maures à Poitiers. Il s’agirait plutôt d’un traité de paix qui permettait à ceux qui le souhaitaient de rester pacifiquement dans la région. Le témoignage du français Fabre d’Olivet (1767-1825), nous permet d’apprécier la perception qu’avait l’Europe des Noirs.

La perception qu’avait l’Europe des Noirs.

«Les hommes blancs aperçurent pour la première fois, à la lueur de leurs forêts incendiées, des hommes d’une couleur différente de la leur. mais cette différence ne les frappa pas seule. Ces hommes couverts d’habits extraordinaires, de cuirasses resplendissantes, maniaient avec adresse des armes redoutables, inconnues dans ces régions. Ils avaient une cavalerie nombreuses ; ils combattaient sur des chars et jusque sur des tours formidables qui s’avançant comme des colosses, lançaient la mort de tous les côtés. Le premier mouvement fut pour la stupeur.»

L’ignorance de la femme blanche en amour durant cette période

Quelques femmes blanches dont ces étrangers s’emparèrent et dont ils cherchèrent à capter la bienveillance, ne furent pas difficiles à séduire. «Elles étaient trop malheureuses dans leur propre patrie pour en avoir nourri l’amour». D’autres témoignages d’historiens, reprennent les éléments de ce récit en apportant des compléments d’information : «Le Blanc venait d’être éveillée par les attaques des Noirs qui commençaient à l’envahir par le sud de l’Europe».

La supériorité militaire des africains sur les blancs

Lutte inégale au début. Les Blancs, à «demi-sauvages», sortant de leurs forêts et de leurs habitations lacustres, n’avaient d’autres ressources que leurs arcs, leurs lances et leurs flèches aux points de pierre. Les Noirs avaient des armes de fer, des armures d’airain, toute les ressources d’une civilisation industrieuse et leurs cités cyclopéennes. Ecrasés au premier choc, «le salut des Blancs, ce fut leurs forêts où comme des fauves ils pouvaient se cacher pour en rebondir au moment propice».

Les apports de la civilisation africaine à l’Europe

Cette conquête arabo-musulmanne et Noire (Maure/Sarrazin) a permis à l’Europe de découvrir d’innombrables connaissances scientifiques connues alors seulement en Orient, en Afrique et en Asie à une époque où elle avait sombré dans la nuit noire de la réflexion intellectuelle (après la chute de Rome). Les secrets de la poudre à canon, la médecine, les mathématiques, l’astronomie, la navigation, les textes grecs, etc…, l’Europe les doit à ces conquérants. Les premières Universités européennes ont d’ailleurs été fondées par ces gens. Nous savons encore aujourd’hui que bon nombre de manuscrits de savants grecs (Euclide, Eudoxe, Aristote, etc…) dont la version grecque a totalement disparu, n’existaient à l’époque qu’en arabe. C’est donc la traduction de ces documents arabes, qui permit à l’Europe de redécouvrir son passé.

Les traces de la puissance africaine en Europe

La puissance du savoir scientifique oriental est encore attestée par le fait que l’Espagne et le Portugal, qui ont connu la plus longue occupation de ces conquérants, après avoir assimilé leurs savoirs et les avoir chassé, devinrent dès la fin du 15ème siècle, les premières puissances européennes.

source: https://onvoitout.info

Comments are closed.