À la recherche d’Haïtiens pour sanctionner la violence des gangs, les États-Unis constatent que beaucoup bénéficient de protections juridiques

1,695

JACQUELINE CHARLES ET MICHAEL WILNER
MIS À JOUR LE 02 DÉCEMBRE

Les États-Unis ont ajouté deux autres politiciens haïtiens à leur liste de sanctions, les accusant de se livrer au trafic de drogues illicites.

le sénateur Rony Célestin et l’ancien sénateur Richard Lenine Hervé Fourcand, qui ont été sanctionnés le mois dernier par le gouvernement canadien, font maintenant partie des quatre législateurs actuels et anciens d’Haïti désignés par le Département du Trésor des États-Unis dans le cadre des efforts de Washington et du Canada pour sévir contre la violence des gangs et la corruption en Haïti.

Célestin, 48 ans, représente le plateau central d’Haïti. Son achat d’une villa de luxe de 4,25 millions de dollars dans la communauté lavalloise du Canada avec son épouse, membre du corps diplomatique du pays, a éveillé les soupçons au Canada. Célestin est depuis longtemps dans la ligne de mire des enquêteurs américains sur sa fortune et ses transactions commerciales.

Fourcand, 58 ans, représentait le département régional du Sud au parlement d’Haïti. Il est entré au pouvoir sous la présidence de l’ancien Président Michel Martelly. Après un tremblement de terre mortel qui a frappé la péninsule sud en août de l’année dernière, il a personnellement transporté des blessés dans les hôpitaux de la capitale. Cependant, comme Célestin, ses activités commerciales sont depuis longtemps surveillées par des enquêteurs américains.

« Rony Célestin et Richard Fourcand sont deux autres exemples de politiciens haïtiens corrompus qui abusent de leur pouvoir pour poursuivre les activités de trafic de drogue dans la région », a déclaré Brian E. Nelson, sous-secrétaire du Trésor au terrorisme et au renseignement financier. « Le Trésor continuera de tenir les fonctionnaires corrompus et les acteurs malveillants responsables du trafic de drogues illicites qui déstabilise Haïti. »

Le Bureau du Contrôle des Biens Etrangers du Département du Trésor a déclaré avoir des informations indiquant que Célestin se livre à des activités de trafic international de drogue. Il a utilisé sa position politique pour orchestrer l’importation de drogues du Venezuela en Haïti, ainsi que l’exportation de drogues vers les États-Unis et les Bahamas, a déclaré l’agence. Le Trésor affirme que Fourcand est également impliqué dans des activités de trafic international de drogue.

« Il utilise son propre avion pour transporter de la drogue dans le sud d’Haïti », a déclaré un communiqué du Trésor. « Fourcand a tenté d’utiliser son influence politique pour installer des personnes à des postes gouvernementaux qui l’aideraient à faciliter ses activités de trafic de drogue. » Fourcand n’a pas répondu à une demande de commentaires. Célestin n’a pas pu être joint.

Les responsables de l’administration Biden ont accusé des membres de l’élite politique et économique d’Haïti de travailler dans les coulisses pour soutenir une recrudescence des activités des gangs criminels qui déstabilisent le pays avec des enlèvements records, des massacres et des barrages sur les ports et les routes. Certains sont accusés de fournir aux gangs des armes, des munitions et un soutien financier.

Mais alors que les responsables américains ont déclaré publiquement que personne ne sera épargné des sanctions, y compris les citoyens américains et les résidents permanents légitimes, la réalité est que la barre est beaucoup plus haute pour le gouvernement américain de cibler ces individus, qui bénéficient de protections légales avec leur statut d’immigration.

Les États-Unis peuvent sanctionner facilement les ressortissants étrangers vivant à l’étranger en se fondant sur des renseignements. Mais les sanctions contre ceux qui résident légalement aux États-Unis doivent être fondées sur des arguments présentés par les organismes d’application de la loi — et ces personnes pourraient ensuite poursuivre le gouvernement en réponse aux sanctions, ce qui augmenterait les risques de poursuites judiciaires supplémentaires, souvent coûteuses, pour les autorités américaines.

Cet obstacle juridique est l’une des raisons pour lesquelles le Canada a été beaucoup plus agressif que les États-Unis lorsqu’il a récemment imposé des sanctions contre les principales cibles en Haïti, dont bon nombre sont des citoyens américains ou des résidents permanents légitimes vivant aux États-Unis. Les puissances internationales cherchent également à imposer des sanctions par l’entremise des Nations Unies, qui, en octobre, ont adopté à l’unanimité une résolution appuyée par les États-Unis pour sanctionner les gangs haïtiens et leurs partisans.

Si les Nations Unies — qui sont en train de constituer un groupe d’experts pour enquêter sur les personnes visées par la liste noire — imposaient des sanctions, tous ses États membres, y compris les États-Unis, devraient s’y conformer, ont fait remarquer les observateurs.

Les États-Unis ont maintenant sanctionné quatre Haïtiens, dont l’actuel président du Sénat, Joseph Lambert, et l’ancien sénateur Youri Latortue, tandis que le Canada en a sanctionné huit au total. En plus de ceux sanctionnés par les États-Unis, le gouvernement canadien a également sanctionné Martelly, les anciens premiers ministres Laurent Lamothe et Jean Henry Céant, et l’ancien président de la Chambre basse des députés Gary Bodeau. On les accuse d’avoir des liens avec des gangs armés.

A l’exception de Martelly, qui est arrivé en Haïti un jour avant l’annonce des sanctions canadiennes et est parti peu après via un vol en direction de Miami à travers la République dominicaine voisine et n’a pas fait de déclarations publiques sur la décision, les législateurs actuels et anciens se sont battus. Ils ont accusé des responsables américains et canadiens de les cibler injustement, tout en accusant des individus de donner leur nom.

Dans une lettre du 30 novembre adressée à l’ombudsman national d’Haïti, Renan Hédouville, Céant a déclaré que ses droits ont été violés par le gouvernement du premier ministre canadien Justin Trudeau.

« Inutile de vous dire, monsieur le protecteur, à quel point je suis indigné, révolté et violé […] Je me suis senti lésé par cette décision arbitraire d’un pays comme le Canada », a-t-il dit.

L’allégation dirigée contre lui, a dit Céant, a été faite sans « preuve d’actes répréhensibles que j’aurais pu commettre, d’autant plus que je suis accusé de financer ou d’encourager des gangs, des bandits armés. Ici, tous les principes généraux et essentiels du droit ont été violés. »

Il a confirmé que dans la foulée des sanctions, les banques haïtiennes ont commencé à fermer des comptes, à remettre des chèques de leurs dépôts à des particuliers par crainte de compromettre leurs relations de correspondant bancaire avec des banques au Canada et aux États-Unis.

« Face à ces abus arbitraires et graves, je viens demander votre intervention rapide, en votre qualité de Protecteur du Citoyen, investi de pouvoirs constitutionnels, pour intervenir à la fois au niveau du Gouvernement de la République d’Haïti, de la Banque de la République d’Haïti (BRH), l’Association professionnelle des banques (APB), » a déclaré Céant, ajoutant qu’il doit savoir pourquoi et comment les décisions des banques ont été prises.

Hédouville dit au Miami Herald que son bureau a reçu la lettre de l’ancien premier ministre, mais c’est tout ce qu’il peut dire pour le moment.

Toute personne sanctionnée par le Trésor est interdite de voyager aux États-Unis, et tout bien et intérêt dans les biens qu’elle possède aux États-Unis ou en possession ou sous le contrôle de particuliers américains seront signalés au Trésor et bloqués.

En outre, toute entité qui a sanctionné des personnes directement ou indirectement posséder, ou dans lequel ils ont un intérêt de 50% ou plus, sera également bloqué, le gouvernement a dit. Il est interdit aux citoyens américains ou à quiconque vit aux États-Unis ou transite par les États-Unis de faire des affaires avec des personnes sanctionnées.

« Les personnes qui effectuent certaines transactions avec les personnes désignées aujourd’hui peuvent elles-mêmes être passibles de sanctions ou faire l’objet d’une mesure d’exécution », indique le communiqué.

L’accent mis à Washington sur les politiciens et non sur les membres du secteur privé a été critiqué même par ceux qui se réjouissent du recours aux sanctions.

Dans une déclaration qui se poursuit avec ses critiques à l’égard du premier ministre par intérim Ariel Henry, la coalition des groupes de la société civile connue sous le nom d’Accord du Montana a déclaré que les États-Unis doivent faire plus.

« La communauté internationale, qui a une grande responsabilité dans l’effondrement de l’État et la faillite économique du pays, doit prendre des sanctions contre ceux qu’elle identifie comme complices de l’économie criminelle d’Haïti, et qui investissent ou déposent de l’argent dans les banques de leur pays », indique le communiqué.

Les sanctions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies et celles annoncées par le Canada et les États-Unis constituent « une première étape dans ce que l’Accord du Montana et les acteurs de la société civile demandent depuis longtemps ».

« Ces sanctions ne doivent pas se limiter au secteur politique, elles doivent aussi frapper les acteurs de la classe économique impliqués dans l’économie criminelle du pays », ont déclaré les représentants de l’Accord du Montana. « Ces sanctions doivent être fondées sur de bonnes preuves juridiques et doivent être appliquées sans discrimination. La communauté internationale ne doit pas s’en servir pour régler les problèmes politiques qu’elle pourrait avoir avec les patriotes qui défendent les droits et les intérêts du pays. »

Cette histoire a été initialement publiée le 2 décembre 2022 à 11 h 57.

photo: ODELYN JOSEPH AP

Jacqueline Charles fait des reportages sur Haïti et les Caraïbes anglophones pour le Miami Herald depuis plus d’une décennie. Finaliste du prix Pulitzer pour sa couverture du tremblement de terre en Haïti en 2010, elle a reçu le prix Maria Moors Cabot 2018, le prix le plus prestigieux pour la couverture des Amériques.

Comments are closed.