LA LOI EST UNE POUR TOUS: Les USA, le Canada et la Communauté Internationale, pour être crédibles, ont pour devoir moral de publier une LISTE OFFICIELLE.

1,488

Bonjour,
Café civique du vendredi 11 novembre 2022

Les Collectivités Territoriales, la Décentralisation et les Rôles des Partis Politiques

Chères et chers compatriotes,

Les dernières décisions de la Communauté Internationale continuent à diviser l’opinion publique nationale. Les raisons sont nombreuses. Pour une partie de l’opinion, la Communauté Internationale vise uniquement ceux qui sont opposés à la vision et à la ligne politique du Premier Ministre SANS DIGNITÉ, SANS PERSONNALITÉ. Pour d’autres, cette Communauté Internationale travaille sans parti pris. Pour d’autres encore, les acteurs internationaux, après avoir créé le chaos avec la complicité des Élites-ESCLAVES, tentent de se donner une autre image.
Partant de ces tois approches, je vous propose de lire et de méditer cet article du journal Le Nouvelliste daté de ce 9 novembre.
Patriotiques salutations

Hérard LOUIS
Genève, le vendredi 11 novembre 2022

____________________________________________________________________________________________________________

Sanction des Etats-Unis contre des politiques haïtiens : Frandley Denis Julien évoque une mesure « deux poids, deux mesures »

L’avocat Frandley Denis Julien juge que le département du Trésor des États-Unis est partial en imposant des sanctions uniquement au président du tiers du Sénat de la République, Joseph Lambert, et à l’ancien sénateur Youri Latortue. Selon lui, sur la liste devraient figurer des membres du PHTK et du secteur privé.

Publié le 2022-11-09 | lenouvelliste.com

Les Américains sont en perte de crédibilité en Haïti, a analysé l’avocat Frandley Denis Julien durant sa participation à l’émission ‘’Panel Magik’’ ce mercredi 8 novembre. « Les Américains développent un problème de crédibilité parce que si on me parle de trafic de drogue, de financement de gangs, je m’attends à ce qu’on frappe très fort le PHTK, le secteur privé. On a l’impression qu’en Haïti il y a des gens qui sont au-dessus de la loi, le secteur privé peut financer les gangs à sa guise sans crainte de représailles. A ce moment-là on sait à quoi s’attendre. Plus il y a de l’espace propice à l’impunité, plus il y a du désordre. En ce sens, je n’ai pas assez d’éléments d’information pour défendre ces deux messieurs. Je ne peux pas dire que la mesure prise par le département trésor n’est pas bonne mais je peux voir qu’il y a deux poids et deux mesures parce que je m’attends à ce que 80% des membres du PHTK soient placés sur une telle liste ; je m’attends à ce que 20 % des personnes du secteur privé, les plus influents, soient placés sur une liste comme celle-ci », a-t-il dit.

« Les USA généralement adoptent ces sanctions lorsqu’ils veulent punir une personne, protéger leur sécurité intérieure ou influencer une personne ou un groupe de personnes. À ce moment, ils les taclent en espérant que les autres personnes vont entrer dans les rangs », a expliqué M. Julien, qui a livré des détails sur les conséquences des sanctions. « Une personne sanctionnée par le trésor américain subit beaucoup de préjudices. Le premier concerne sa réputation, lorsque le département vous sanctionne, beaucoup de personnes vous regardent autrement. En second lieu, lorsque la personne est placée sur cette liste, ses biens aux USA sont saisis. La personne ne peut pas faire de transfert d’argent vers les USA. Elle ne peut pas utiliser les banques américaines pour faire une transaction. Elles ( les banques) ne peuvent pas vous donner des prêts et peuvent saisir l’argent que vous y avez placé. Ensuite, Un U.S. person ne peut pas faire du business avec la personne concernée. Lorsqu’on figure sur cette liste des collaborateurs peuvent être frappés par cette mesure ou d’autres mesures. En ce sens, ces sanctions ont beaucoup de conséquences particulièrement pour ceux qui possèdent des biens et des entreprises», a détaillé l’avocat, rappelant que beaucoup de gens quand ils sont frappés par cette mesure font une demande de considération pour essayer de sortir de cette liste.

Le département du Trésor des États-Unis informe avoir travaillé étroitement avec la DEA dans le cadre de la mise en branle des sanctions. « Si le département dit avoir coordonné avec la DEA et qu’il estime avoir suffisamment de preuves pour poursuivre les messieurs à ce moment-là, le tribunal fédéral du district Sud de la Floride peut engager à n’importe quel moment des poursuites contre eux », a examiné M. Julien, soulignant qu’aux Etats-Unis le pouvoir exécutif donne le ton pour toutes décisions impliquant des étrangers.

Comments are closed.