Le gouvernement haïtien assure qu’il a « plein droit » d’extraire l’eau de la rivière Masacre

898

09-15-2023

Le gouvernement haïtien a affirmé son droit d’extraire l’eau de la rivière Masacre, soulignant sa souveraineté pour prendre des décisions sur l’utilisation de ses ressources naturelles. En réponse à la décision de la République dominicaine de fermer la frontière, Haïti a déclaré que, comme son voisin, il a tous les droits d’accès à l’eau du fleuve, comme stipulé dans l’accord de 1929 signé entre les deux pays.

Le gouvernement haïtien a appelé les deux pays à protéger la vie et les biens de leurs populations le long de la frontière et a exhorté à l’adhésion aux conventions internationales en la matière. En outre, Haïti a affirmé son engagement à assurer la bonne irrigation de la plaine de Mawibabou sous la supervision de ses ministères responsables de l’agriculture, des ressources naturelles, du développement rural et de l’environnement.

Haïti a exprimé sa préférence pour un dialogue avec la République dominicaine pour résoudre le différend en cours sur le fleuve. Il a noté que le dialogue progressait bien entre la délégation haïtienne, autorisée par le gouvernement, et leurs homologues dominicains au sein de la Commission binationale. Cependant, l’annonce de la fermeture de la frontière a été faite unilatéralement par le président dominicain.

Le différend sur la dérivation de l’eau de la rivière Masacre reste une question controversée entre les deux nations, et leurs gouvernements continuent de se débattre pour trouver une solution.

Comments are closed.