QUI METTRA, EN HAÏTI, L’ACTION PUBLIQUE EN MOUVEMENT CONTRE LES PERSONNALITÉS POLITIQUES ET AUTRES ACCUSÉES DE TRAFICS DE DROGUE, DE CORRUPTION ET D’INSTIGATEURS DE LA VIOLENCE ARMÉE?

1,041

Bonjour,
Café civique du mercredi 23 novembre 2022

Les Collectivités Territoriales, la Décentralisation et les Rôles des Partis Politiques

Chères et chers compatriotes,

Comme nous le savons, le Premier Ministre Ariel Henry, est une recommandation pour ne pas dire un choix de l’ancien Président Michel Martelly.

Notre Premier Ministre, le Ministre de la Justice et les Commissaires du Gouvernement concernés auront-ils le COURAGE CIVIQUE d’appliquer la LOI et d’envoyer les concernées au Pénitencier National en attendant leurs jugements?

TOUS LES FAITS REPROCHÉS ONT ÉTÉ COMMIS SUR LE TERRITOIRE HAÏTIEN.

Je saisis l’occasion pour partager avec vous un article significatif d’Alter Presse daté de ce mardi 22 novembre.
Patriotiques salutations

Hérard LOUIS
Genève, le mercredi 23 novembre 2022

____________________________________________________________________________________________________

Haïti-Gangs : Le Spnh-17 demande à la Pnh de rappeler les policiers attachés à la sécurité des dirigeants politiques sanctionnés

22 NOVEMBRE 2022

P-au-P, 22 nov. 2022 [AlterPresse]— Le Syndicat de la Police nationale d’Haïti (SPnh-17) demande aux hauts responsables de l’institution policière de rappeler les policiers attachés à la sécurité des dirigeants politiques haïtiens, sanctionnées par les gouvernements des États-Unis d’Amérique et du Canada, pour financement des gangs en Haïti, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Le coordonnateur du Spnh-17, Jean Elder Lundi, appelle la justice et la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) à mener une enquête sérieuse sur ces personnes indexées et les sanctionner, au cas où les accusations se révéleraient vraies.

La Dcpj doit prendre des dispositions, afin de savoir si la Pnh doit être dans l’obligation de les protéger, recommande le SPnh-17.

Le gouvernement du Canada a rendu publique une liste de huit dirigeants politiques haïtiens, qu’il soupçonne d’avoir financé des gangs armées en Haïti et participé à des violations flagrantes et systématiques des droits de la personne, indique-t-il sur son site.

L’ancien président haïtien Joseph Michel Martelly, les anciens premiers ministres, Laurent Salvador Lamothe et Jean Henry Céant, l’actuel sénateur du Plateau central Rony Célestin, l’ancien sénateur du Sud Hervé Fourcand, l’ancien député Gary Bodeau se sont livrés à des actes qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité de ce pays, souligne-t-il.

Les noms de l’actuel président du tiers restant du sénat, Joseph Lambert, et de l’ancien sénateur Youri Latortue, sanctionnés par les gouvernements du Canada et des États-Unis d’Amérique, non seulement pour financement de gangs, mais aussi pour trafic illicite de drogue, figurent aussi sur la liste de personnalités politiques haïtiennes, publiée sur le site du gouvernement canadien. [mff emb rc apr 22/11/2022 08:00]

Comments are closed.