La résolution USA-HAÏTI de l’ONU proposant une force de réaction rapide en Haïti s’essouffle

1,072

PAR MICHAEL WILNER ET JACQUELINE CHARLES MIS À JOUR LE 21 NOVEMBRE 2022 16 h 31

WASHINGTON___Un plan des États-Unis pour qu’une force internationale intervienne dans la guerre d’Haïti contre les bandes criminelles lourdement armées perd de son élan plus d’un mois après que l’administration Biden a proposé un déploiement rapide aux Nations Unies.

Un représentant des États-Unis qui a participé aux discussions a déclaré qu’une résolution des États-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU approuvant la force était peu susceptible d’aboutir à un vote pendant la période des Fêtes. Un deuxième représentant des États-Unis a déclaré que le plan n’est pas mort, mais que la formation d’une mission militaire aussi ambitieuse prendrait du temps.

Washington a lutté pour exécuter le plan depuis qu’il a été introduit en octobre, lorsque les gangs bloquaient le principal terminal de carburant et les ports maritimes du pays, contrôlant ses routes critiques et terrorisant la capitale de Port-au-Prince.

Le blocus de deux mois a finalement pris fin plus tôt ce mois-ci lorsqu’un puissant chef de gang sanctionné par les Nations Unies a déclaré que les distributions peuvent reprendre. Mais elle a encore fait des ravages en Haïti, aggravant la crise humanitaire du pays alors que les Haïtiens luttaient pour obtenir du carburant, de la nourriture ou de l’eau potable tout en faisant face à une nouvelle épidémie de choléra.

Le gouvernement haïtien et le secrétaire général de l’ONU ont appelé à une force multinationale d’intervention rapide — formée en dehors des Nations Unies mais avec l’appui du Conseil de sécurité — pour repousser les gangs et créer un corridor humanitaire.

Pourtant, les États-Unis ont proposé qu’un autre pays non identifié dirige la mission, refusant de se porter volontaire. Washington a également proposé des sanctions, en rédigeant une résolution ciblant les chefs de gang et leurs patrons par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Le Canada semblait le plus susceptible de diriger l’effort. Le secrétaire d’État Antony Blinken s’est rendu à Ottawa à la fin d’octobre et a préconisé que le Canada joue un rôle de premier plan. Mais avec des Haïtiens au Canada et aux États-Unis qui critiquent bruyamment les perspectives de bottes étrangères en sol haïtien, certains responsables canadiens semblent hésiter.

Dimanche, alors qu’il assistait au Sommet de la Francophonie en Tunisie, où son gouvernement a annoncé des sanctions contre trois politiciens haïtiens bien en vue, le premier ministre canadien Justin Trudeau a jeté l’eau froide sur la perspective d’une action militaire rapide.

« Il ne suffit pas que le gouvernement d’Haïti le demande », a déclaré M. Trudeau. « Il doit y avoir un consensus entre les partis politiques en Haïti avant que nous puissions aller de l’avant avec des mesures plus importantes. »

UNE TÂCHE DIFFICILE
C’est un défi de taille dans un pays où les divisions sont profondes, et la question de l’aide militaire étrangère a été politisée. Certains considèrent la demande du gouvernement haïtien comme un moyen de renforcer le gouvernement intérimaire du Premier ministre Ariel Henry, tout en reconnaissant discrètement que la violence et les enlèvements sont au-delà de la capacité des 12,000 membres de la police haïtienne.

Il y a plus de 200 partis politiques en Haïti. Plus d’un an et demi après l’assassinat du président du pays, Jovenel Moïse, le gouvernement intérimaire et une coalition composée de la société civile et de partis politiques connus sous le nom d’Accord du Montana n’ont pas réussi à s’entendre sur la gestion de la crise. . .pays à cheval.

Dans son dernier communiqué, l’Accord du Montana critiquait une décision du gouvernement qui augmentait le prix du carburant afin d’éliminer 400 millions de dollars de subventions au carburant, et accusait Henry de demander « aux forces armées étrangères d’envahir tout le territoire du pays ».

« L’actuel Premier ministre a entamé un dialogue avec un groupe d’acteurs politiques, mais il reste dans le cadre d’un système de pouvoir à tête unique et avec lui-même comme seul chef suprême ayant le droit de faire et de défaire sans aucun équilibre ni contrôle », peut-on lire dans le communiqué du 18 novembre : Il ajoute que l’Accord du Montana n’est pas impliqué dans les pourparlers, qui incluent certains dirigeants du secteur privé.

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis a refusé de commenter le calendrier de la résolution militaire proposée.

« Des conversations sont en cours avec nos partenaires au sujet de l’établissement de la mission non américaine, et nous continuons de coordonner nos efforts avec nos partenaires internationaux pour soutenir le peuple haïtien et faire face à la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays », a déclaré le porte-parole du CNS.

Les observateurs des droits de l’homme en Haïti ont averti que, alors que le carburant et la nourriture sortent à nouveau des ports du pays, la crise est loin d’être terminée. Les gangs deviennent de plus en plus autonomes en Haïti, ne dépendant plus des liens avec les politiciens ou les membres du secteur privé pour les diriger. Et ils étendent leur territoire en construisant des coalitions à travers les quartiers.

Les enlèvements se poursuivent sans relâche, tandis que les groupes armés continuent de s’étendre dans de nouveaux quartiers à l’intérieur et à l’extérieur de la capitale, brûlant des maisons et violant et tuant des résidents alors qu’ils prennent le contrôle.

Cette histoire a été initialement publiée le 21 novembre 2022 à 15 h 52.
MICHAEL WILNER
202-383-6083

Michael Wilner est le correspondant de McClatchy. Membre de l’équipe de la Maison-Blanche depuis 2019, il a dirigé la couverture de la réponse fédérale à la pandémie de coronavirus. Wilner a auparavant été chef du bureau de Washington pour le Jerusalem Post. Il est diplômé du Claremont McKenna College et de l’Université Columbia et est originaire de New York.
JACQUELINE CHARLES
305-376-2616
Jacqueline Charles fait des reportages sur Haïti et les Caraïbes anglophones pour le Miami Herald depuis plus d’une décennie. Finaliste du prix Pulitzer pour sa couverture du tremblement de terre en Haïti en 2010, elle a reçu le prix Maria Moors Cabot 2018, le prix le plus prestigieux pour la couverture des Amériques.

Translation: TRibo

source version anglaise: https://www.msn.com/en-us/news/world/un-resolution-proposing-haiti-rapid-reaction-force-loses-steam/ar-AA14nSeK

Comments are closed.