La Russie, les États-Unis et la Chine dans une conjoncture de conflit. Quels sont les objectifs prioritaires de la « nouvelle guerre froide »?

3,276

par Irnerio Seminatore.

Politique internationale ou Macht-Welt-Politik

Puisque la politique internationale a été tenue depuis toujours comme politique de puissance, Macht-Politik dans la culture allemande et Power politics dans le monde anglo-saxon, la conversion idéaliste des États en porteurs d’avenirs pacifiés n’a concerné que l’Europe post-moderne, héritière du droit des gens, des empires universels du passé et du cosmopolitisme des élites intellectuelles des XVIIIe  et XIXe siècles.

La morphologie triadique du système multipolaire actuel distingue toujours entre objectifs historiques et objectifs éternels et accorde à la géopolitique et à dialectique de l’antagonisme la tâche de distinguer entre types de paix et types de guerres. En fonction des rôles joués par les grands acteurs historiques nous passerons en revue – et à des seules finalités de connaissance -, les différents types de paix, car ils déterminent non seulement les types de guerre, mais également les stratégies générales des acteurs majeurs du système.

Pour l’Europe l’Idéal-type de paix dans un système planétaire est une paix d’équilibre entre l’Amérique et la Russie, puisque le continent est situé à la jonction du Rimland et du Heartland, entre la terre centrale et la grande île du monde ; pour la Russie une paix d’empire, fédératrice de plusieurs peuples, de plusieurs terres et de multiples confessions religieuses. Une paix d’Hégémonie est celle qui convient au choix de l’Amérique, vouée, par sa mission universelle, à exercer son pouvoir sur les trois Océans, Indien, Pacifique et Atlantique, en respectant la souveraineté des pays de la bordure des terres. Pour l’Empire du milieu, le mandat du ciel situe le meilleur type de paix entre une architecture régionale équilibrée et une vision planétaire à long terme, déterminée en partie par sa position géopolitique et en partie par la rivalité qui découle de sa culture et du système mondial des forces. Quant à la crise ukrainienne et à son issue, la superposition de trois types d’hostilité et donc d’insécurité alimentera un conflit de longue durée. S’y entremêlent de manière contrastée :

– Une hostilité/insécurité de la Russie vis-à-vis l’OTAN et des États-Unis.

– Une inimitié de l’Union européenne vis-à-vis de la Russie. Une ambiguïté de la Chine quant à la pression américaine sur les sanctions occidentales, concernant l’économie russe et ses conséquences et ces incertitudes influent sur le dilemme de fond de notre époque, « affrontement ou condominium » sino-américain, auquel est subordonnée la paix mondiale.

Dans cette conjoncture de changement, le continent européen, sans hauteur symbolique et historique devient  le reflet du type d’ordre qui règne dans le monde selon  la formule d’une « nouvelle guerre froide », contestée par certains (G. H. Soutou).

Les objectifs prioritaires de la « guerre Froide » de l’âge de la bipolarité. Une approche comparée

Le conflit entre les deux blocs de l’époque de la bipolarité n’était qu’un aspect du processus de transformation et de passage du capitalisme au socialisme, qui se voulait révolutionnaire. Il conjuguait tous les aspects de la vie collective des peuples et des nations et excluait des accords durables comme celui d’une coexistence pacifique entre les deux systèmes. Tout devait se passer suivant le primat du conflit et guère de la paix, selon les lois inexorables et objectives de l’histoire.

Cependant l’objectif stratégique de l’Occident, selon un courant de pensée américain offensif, représenté par Robert Strausz-Hupé, William R. Kintner et Stefan T. Possony et exposé dans le livre « A forward strategy for America », devait exiger comme « objectif prioritaire, la préservation et la consolidation de notre système politique, plutôt que le maintien de la paix ». Selon ce courant, la survie du régime politique des États-Unis, n’autorisait « d’autre choix qu’une stratégie à la Caton » : « Carthago delenda est ! ». La coexistence de deux empires rivaux était conçue comme une cause d’instabilité profonde, qui devait déboucher fatalement sur une guerre inexpiable. La situation multipolaire d’aujourd’hui est-elle comparable à celle de l’époque ? Change-t-elle sur le fond, à l’essence de la rivalité et à la structure de l’hostilité déclarée ? La précarité apportée à la sécurité de la Russie est-elle le premier pas d’une stratégie générale d’élimination d’un adversaire, pour qu’il ne s’allie au troisième, en vue d’un guerre totale, difficile à gagner ?

Le triple rôle de la Russie, national, eurasien et mondial

La rivalité est-elle compatible avec la paix, indépendamment du rôle historique d’un acteur de l’importance de la Russie ? Cet immense pays remplit aujourd’hui un triple rôle, national ou de régime, régional ou eurasien, et mondial ou de système. En fonction du premier, il constitue un modèle spécifique d’autocratie, porteuse d’une Weltanchauung anti-occidentale, qui doit résoudre en permanence le problème de la légitimité du pouvoir et du consensus des opinions; en rapport au deuxième, un facteur de stabilité et d’équilibre en Eurasie, convoité par le grand Turc. Par référence au système planétaire, un type d’ordre, de meneur du jeu et de leadership, qui apparaît indispensable contre l’entreprise multipolaire et désagrégeante de l’hégémonie américaine. Sur sa face européenne la menace d’une alliance germano-russe ferait de Moscou une candidate moderne à l’empire universel, ôtant la liberté des pays d’Europe centrale; sur l’échiquier de la jonction du Rimland planétaire et du Heartand continental, la Turquie et l’Iran se disputeraient le rôle d’alliés privilégiés pour un condominium, excluant l’hégémon de la terre centrale et agrégeant l’Inde à une entreprise de long terme. Et, dans la profondeur des espaces et du temps, vers les bordures des deux océans, indien et pacifique, la Russie se joindrait à l’Empire du milieu pour donner vie à une civilisation renouvelée et non décadente s’imposant sur la multiplicité des centres asiatiques de décision. Ce rôle de la Russie est à la fois ambivalent, entrainant et dangereux, pour l’Est et pour l’Ouest. Pour l’ensemble des menaces actuelles, politiques, idéologiques et militaires, la stratégie de Caton, définie dans les années soixante, demeure-t-elle toujours valable. « Carthago delenda est ! ». L’Occident et l’OTAN recommandent l’asphyxie de l’économie russe, en pratiquant au même temps la stratégie de la provocation, de l’usure et de l’escalade militaire.

Se faire justice soi même

Puisque la théorie des relations internationales part de l’idée que chaque unité politique a le droit, en dernier recours, de se faire justice d’elle-même, l’enjeu de la décision finale sur la paix et la guerre est défini par le Chef de l’État-Chef de guerre. Comment les opérations militaires engagées sur le terrain des combats, peuvent-elles être reconduite à la logique de la négociation et du compromis ? Et, faute d’univocité et d’objectifs communs, qui peut jouer, à une échelle diplomatique, le rôle du médiateur et de l’arbitre ?

Qui peut juger enfin de la pertinence et satisfaction des objectifs atteints ? La stratégie du Blitz initial imputée au Chef d’État-Chef de guerre du pouvoir perturbateur part du principe de la primauté du système interétatique, ce qui exclut la prédominance explicative du facteur économique. En effet la guerre d’Ukraine est une guerre politique et pas une guerre personnelle, d’homme à homme, soumise à l’idée d’une punition ou d’un crime.

Le système interétatique est un système dans lequel s’intègrent les États, dont aucun n’est soumis à un pouvoir central de contrôle et qui s’organise autour du principe de survie. En ce sens le recours à des fictions comme celles de la paix par la morale ou de la paix par le droit, voilent les relations d’inimitié, idéologiques ou géopolitiques. À ce propos, le changement de stratégie opérationnelle pratiquée par l’état-major russe, après l’attaque initiale et le siège des métropoles, a été de consolider l’emprise sur la mer d’Azov et de lier plus étroitement la Russie à la Crimée, soustrayant celle-ci et l’intégralité de la mer Noire, au contrôle de l’OTAN. Par ailleurs et à propos de la conduite de terrain, tactique ou stratégique, le principe de solidarité des États-nucléaires face au risque paroxystique de l’atome, se fonde sur le principe du concept « d’acteur rationnel » et exclut toute notion d’effets pervers, par vice mental ou par égarement de la raison, qui constitue un des sujets de prédilection de la communication psycho-politique occidentale.

Inimitié et hostilité

Or, l’enjeu du conflit ukrainien, de nature géopolitique et sécuritaire, oppose deux frères-ennemis, qui ont beaucoup de choses en commun (ethnie, religion, histoire) et appartiennent à une même zone de civilisation, se réclamant des mêmes principes, poursuivis alternativement par le dialogue ou par le combat. Le dialogue a donné lieu à l’intérieur de l’aire culturelle de l’ancienne Byzance à l’antithèse classique de l’État et de l’Église sous la forme du césaro-papisme, come subordination du pouvoir idéologico-religieux au pouvoir étatique et à l’hybridation bicéphale de la souveraineté encore effective sous le régime soviétique. Le combat a marqué la division de l’Ukraine en deux zones culturelles, lors de la deuxième guerre mondiale, exploitées intensément par les médias mainstream et par leurs efforts de propagande.

Persuasion et subversion à l’heure du conflit ukrainien

L’effort constamment entretenu pour dresser les opinions contre leurs élites, (oligarques à l’Est, et anti-souverainistes à l’Ouest), désigne un mode d’action qui a pour but une conversion des esprits au profit de la cause défendue par l’un ou l’autre des deux belligérants. En l’absence d’un objectif commun d’ordre et de stabilité, visant à délimiter des zones d’influence légitimes, la mobilisation mondiale autour du conflit, acquiert la signification d’un choix entre globalisme occidental et souverainisme oriental (Russie et Chine) et cette signification a pour origine l’hétérogénéité des intérêts et des cultures des deux camps, démocratique en Occident et autocratique en Eurasie. L’objet de dispute demeure cependant la sécurité, et, en amont, la préservation d’une certaine conception de l’aire civilisationnelle, de la société et de ses mœurs. La propagande forcée du temps de la bipolarité est devenue guerre de l’information, brouillard de Fake news et théâtre de cyberwars. L’un et l’autre camps considèrent cette propagande comme une entreprise de subversion et tiennent la sienne propre pour persuasion.

Homogénéité et hétérogénéité des deux camps

Du point de vue des régimes constitutionnels pluralistes, l’hétérogénéité des structures politiques et sociales des pays de l’Ouest, favorise la liberté d’expression et la compétition des idées, tandis que l’homogénéité organisée, entretenue par les régimes autocratiques, de Russie ou de Chine, décourage la critique ou l’opposition et la propagande apparaît  comme l’une des armes de l’arsenal politique du pouvoir en place. Les campagnes multiples contre les maux de la société post-moderne, par lesquels les opposants aux régimes occidentaux, s’efforcent de gagner des adeptes, sont amplifiés par une militance plus au moins déguisée, mais présentés comme des infiltrations intellectuelles du camp d’en face. Cette infiltration ne réussit pas à éliminer l’engagement du camp adverse, se situant entre le pouvoir et le peuple.

Dans le cadre du conflit ukrainien ces infiltrations sont emphatisées ou suscitées de toute pièce pour dénigrer le régime adverse. Ainsi les trois voix de la Triade (Chine, Occident et Russie), sont différemment audibles, car elles sont différemment ostracisées et l’adhésion intellectuelle et morale aux régimes du Heartland (Chine, Russie et Iran), ou du Rimland (Amérique, Europe, Grande Bretagne et Indopacifique ), est exaspérée et poussée aux extrêmes par la dialectique de la subversion et de la persuasion des deux camps, qui se rejettent réciproquement l’accusation d’agresseurs, de dangers publics et de criminels de guerre. Chacun des deux justifie son combat au nom de deux conceptions de la géopolitique actuelle qui oppose l’eurasisme au globalisme et donc le souverainisme du premier à l’individualisme démocratique du deuxième. Or, si, dans ce dialogue péremptoire et confus, la persuasion consiste à convaincre, la subversion et le langage de la passion attisent la flamme du mécontentement et incitent à la rébellion et à la révolte. Cependant la subversion suppose l’existence d’agents dormants et de structures opérationnelles, aptes à la transformation du mécontentement en rébellion et de la rébellion en révolte, puis, de celle-ci en révolution, de couleur ou pas et, à l’extrême en coup d’État de Palais. À ce point, ce qui est décisif, ce sont la prise de pouvoir et le changement de régime, effectués grâce aux alliances militaires, supportées de l’extérieur par le pouvoir en place.

Les États-Unis et le « Regime change »

Une des finalités de l’action politique contemporaine est de mettre en œuvre la démocratie, de dénigrer le pouvoir autoritaire et d’assurer la stabilité du pouvoir. Une dégradation des conditions de vie ou un affaiblissement du soutien conscient et intentionnel du gouvernement peuvent inverser très rapidement les bases sociales ou le socle idéologique du pouvoir établi. Pour rappel, la politique américaine du « regime change » a été le cadre théorique de l’interventionnisme militaire dans plusieurs pays jugés faibles, au nom des intérêts stratégiques des États-Unis et de politiques d’incitation à des réformes politiques. Or, dans le cadre de sa visite à Varsovie du 27 mars dernier, le président J. Biden, n’a pas hésité à proclamer, dès son arrivée, que le départ de Poutine du pouvoir, n’était pas un but de guerre pour les États-Unis, pendant que la presse anglaise formulait l’hypothèse qu’un insuccès militaire de l’armée russe condamnerait le Chef du Kremlin à quitter le pouvoir dans les deux ans. Ainsi dans une campagne orchestrée autour des résultats obtenus par l’invasion de l’Ukraine, de sa surprise stratégique  et de son enlisement présumé, l’ex-oligarque et opposant russe Mikhail Khodorkovski, après 10 ans de prison, purgés en Sibérie pour « fraude fiscale », en appelle à l’histoire, pour prophétiser une chute prochaine de Poutine, comme une constante de l’histoire russe, en cas d’échec politique ou militaire. La guerre prochaine, dit-il dans une interview accordée au Figaro du 29 mars dernier, contre la Pologne ou un pays balte, scellera une prise de risque supplémentaire, marquant un décalage entre la vision des occidentaux et celle de Poutine.

À titre de rappel la politique d’Obama/Bush de « regime change », recherchant une ligne directrice pour résoudre le dilemme entre démocratie et stabilité, ou de l’actuelle administration démocrate pour articuler une stratégie globale et définir une doctrine pour le paix en Europe et dans le monde, a été  de construire un ordre international pacificateur, en incitant les régimes en place à des réformes politiques et socio-économiques. Cependant, en partant de perspectives historiques antagonistes, les objectifs opposés de l’Occident et des puissances de l’Eurasie et du Pacifique, peuvent-ils trouver une conciliation dans leurs intérêts et stratégies divergentes ? Ou bien, en revanche, ne contribuent-ils pas à frayer la voie des seules puissances montantes, visant à définir un nouvel ordre international plus adapté à l’époque de la multipolarité et, à l’aide de celui-ci, à définir un système post-wesphalien plus stable et une conception plus conséquente de la démocratie ?

source : IERI

Comments are closed.

www.bokep-indo.me serf gets amoral drilling. xxnx riley flirts and fucks her coach to get in the team.fc2 ライブ