Hommage au Révérend Père Jean Miguel Auguste à l’occasion de ses 25 ans de Sacerdoce et de bienfaisance. (21 Mai 2016. Petit-Goâve)

534

05/21/2021

Choisir de devenir prêtre comme carrière professionnelle, c’est passer par une porte étroite. Certains diraient même que c’est accepter de devenir un chameau et passer par le chas d’une aiguille. Voilà pourquoi très peu d’hommes acceptent d’embrasser la prêtrise.

La vocation doit être avant tout la motivation principale de ceux qui entendent s’engager dans cette voie.
Le prêtre devient alors celui qui, au cours de son existence, a consenti deux énormes sacrifices. Il a, au cours de son cheminement, accepté de vivre dans la droiture et l’humilité. L’initié maçonnique dirait que celui-ci doit voyager entre l’équerre et le compas. Il doit pratiquer la rectitude et connaitre les limites de ses actes.
Et, pour le reste de sa vie, le prêtre, digne d’être détenteur des vérités de l’église, choisit de sacrifier son existence d’homme pour le spirituel et se consacrer à son autel.
Voilà ce qui vaut aux hommes de soutane, tout le respect, l’affection et l’appréciation sociale dont ils bénéficient même de ceux qui ne croient nullement aux dogmes de l’église catholique. Le prêtre est un sacrifié social.

Le Révérend Jean Miguel Auguste est un modèle de ceux-là qui croient que l’homme doit être honnête et bon pour maintenir en équilibre la société. Pendant un quart de siècle, il a aussi dédié sa vie à préparer, à guider l’homme vers son évolution et son salut.

Que serait notre société si l’église était inexistante? Qu’adviendrait-il à l’homme si d’autres hommes ne se sacrifiaient pas pour le rendre plus fraternel, plus vertueux, plus juste et plus charitable?

De ses services d’enfant de chœur à la paroisse de petit-goave jusqu’à Saint Pius X à Queens dont il est le curé, le Révérend Jean-Miguel Auguste a, à maintes reprises, mis son Église et son Sacerdoce au service de sa communauté d’origine et de sa terre natale.

Contrairement à bien d’autres hommes d’Eglise, Père Miguel croit fermement que l’homme doit être moralement équilibré, intellectuellement préparé et socialement avancé pour bien vivre son passage terrestre. Si la terre est à l’homme, celui-ci se doit d’être bien formé pour lui permettre de vivre en harmonie. Sinon il mènera une vie de misère et la terre, sa patrie originelle, en pâtira terriblement.

Au cours de sa carrière, Père Miguel comme nous l’appelons affectueusement, ne s’est pas seulement donné une mission religieuse, en maintes occasions il a mis son ministère sacerdotal au service de la société et même de ceux qui ne fréquentent pas son Église ni ne partagent pas sa foi ni sa confession religieuse.

Fils d’une cité toujours en effervescence, il est présent dans toute initiative visant sa pacification, son développement et son progrès. En 2004, face à un vaste soulèvement populaire, Père Miguel Auguste a tout fait pour contribuer à ramener la paix dans la cité, abandonnée par les autorités d’alors et livrée à une bande d’hommes armés.

Grâce à ses efforts, sa capacité de persuasion, son esprit de sacrifice et sa générosité légendaire, pour la première fois dans l’histoire de la ville de Petit-Goâve, des jeunes gens armés ont été convertis en employés, commerçants, artisans, électriciens, contremaîtres et plombiers. Certains ont même été envoyés à l’étranger pour étudier la médecine, les sciences informatiques et de gestion administrative et la comptabilité. C’était encore lui, Père Miguel Auguste, qui s’interposait au norme Tapion, au péril de sa vie, entre les anciens militaires cantonnés à Petit-Goâve et commandés par le fameux Ravix et les policiers assignés à Grand-Goâve menés par l’actuel Directeur Général Mr Gédéon. Ce dernier et Mme Marie Lucie Bonhomme Opon, en direct lors sur Radio Vision 2000, peuvent en témoigner. N’était-ce la rare bravoure du Père Miguel, ce jour-là il y aurait eu un bain de sang, et probablement le Gouvernement Boniface/Latortue qui ne jouissait d’aucun appui populaire, aurait été emporté puisque déjà largement et lamentablement dépassé par les évènements. Une décennie plus tard, en 2013, quand tout le pays était en ébullition sous le Gouvernement Martelly/Lamothe et que traverser la Ville de Petit-Goâve était presqu’impossible, c’était encore lui le Père Miguel qui s’était, une fois de plus, offert, pour aider au désarmement des bandes populaires et pacifier la commune et la zone. Il était le seul à pouvoir le faire, là où tant d’autres avaient échoué par cupidité et par manque de crédibilité.

Qui peut énumérer les actes de bienfaisance du Père Jean-Miguel Auguste? Qui peut compter ses contributions dans les activités patriotiques, intellectuelles, communautaires, artistiques, cultuelles et religieuses dans la commune et un peu partout dans le pays? Qui peut décrire l’attachement de cet homme d’église à Petit-Goave sa Ville et à Haïti son Pays? Qui dans le Département de l’Ouest et ses environs n’a jamais entendu citer son nom ?

Même si la compassion comme la discrétion sont ses points forts, Père Miguel demeure pour beaucoup le prêtre qui pacifie, qui réconcilie, qui encourage non seulement avec des mots mais avec des actions concrètes. Il est l’homme sans rancune et sans haine, qui dit ce qu’il pense sans malice et sans timidité. Père Miguel écrit “MES RÉFLEXIONS SUR L’AVENIR D’HAÏTI ” comme il parle, sans détour mais avec passion et conviction. Ces Réflexions expriment les Rêves de grandeur du Père Miguel pour Haïti. D’ailleurs, les Augustes ne sont-ils pas les descendants directs de l’Empereur Faustin Soulouque? Alors, cela n’étonne personne, mais impressionne et réveille la conscience patriotique de beaucoup.

25 ans de ministère sacerdotal et de bienfaisance représentent un record pour un homme qui a su militer sur deux front: l’église et sa communauté.
Le Révérend Père Miguel demeure à jamais pour nous Petit-Goâviens, pour ses proches, pour ses amis et pour tous ceux qui ont le bonheur et la joie de le connaitre et de le cotoyer, un icône, un modèle, un visionnaire et un pasteur en mission sur cette terre…

Que Dieu nous le garde longtemps encore parmi nous pour qu’il puisse continuer à nous inspirer, spécialement par sa philosophie d’Arc-en-Ciel : l’Harmonie dans la Diversité pour une Haïti prospère et moderne.
En mon nom personnel et au nom des communautés Petit-Goâviennes d’Haïti et d’ailleurs, Bon Anniversaire d’ordination sacerdotale Rev Père Jean-Miguel Auguste.

Dr. Fred Jasmin
Petit-Goâvien.

Comments are closed.