Le Pérou reconnaît la transsexualité comme un trouble mental

836

par Joaquim De Alburquerque

Le ministère de la Santé péruvien (MINSA) a pris la décision d’inclure la Classification internationale des maladies de l’OMS (CIM-10) dans le régime d’assurance maladie (PEAS).

Le 10 mai dernier, le pouvoir exécutif du Pérou a approuvé un décret qui a un impact sur les personnes trans.

Transsexualité et psychiatrie

Dans cette mesure, le ministère de la Santé (MINSA) a pris la décision d’inclure la Classification internationale des maladies de l’OMS (CIM-10) dans le Plan d’assurance maladie (PEAS), ce qui implique la reconnaissance des identités LGBTIQ+, en particulier celles qui s’identifient comme transsexuels, comme pathologies.

Les diagnostics CIM-10, qui portent sur diverses expressions de sexualité et d’identité de genre, seront désormais considérés comme des troubles mentaux assurés par le service de santé de l’État.

Bien que cette mesure soit prise pour favoriser et accorder de l’attention aux personnes concernées, ce décret a provoqué d’intenses débats et le mécontentement des lobbies LGBTIQ+, qui tentent de normaliser leurs comportements et mœurs depuis des années, et multiplient de façon exponentielle les prétendues «identités de genre», incluant désormais des identités supposées qui peuvent même fluctuer selon l’heure de la journée, voire les saisons de l’année.

Rappelons que la transsexualité était considérée par l’Organisation mondiale de la Santé comme une maladie psychiatrique jusqu’en 2010.

source : Médias-Presse-Info

Comments are closed.