Chine archéofuturiste

936

par Carlos X. Blanco

Peut-on réconcilier Confucius (qui serait né en 551 av. J.-C. et mort en 479 av. J.-C.) et Marx (1818-1883) ? En Chine, c’est possible. La République populaire de Chine au XXIe siècle les a miraculeusement et étonnamment réunis.

Est-il logique de combiner l’éthique de l’ordre, de la vertu, de la méritocratie et de la culture de l’inégalité naturelle de l’homme (au profit de l’homme et de la société) avec Marx ? C’est-à-dire combiner Confucius avec une praxis révolutionnaire visant à vaincre le capitalisme, avec le progrès techno-scientifique et le contrôle de l’usure. Dans la Chine d’aujourd’hui, c’est possible, et même nécessaire. Méritocratie, vertu, hiérarchie et pragmatisme, le tout au service d’un État impérial qui a surmonté la lutte des classes et promeut la prospérité socialiste à outrance.

Ce livre de Yao Yang nous montre comment cette «synthèse» entre l’éthique confucéenne, fondatrice de la civilisation chinoise, et le socialisme marxiste-léniniste a été possible et essentielle. Le terme idéal serait certainement (pour paraphraser le regretté Guillaume Faye) : archéofuturisme. Les dirigeants communistes chinois ont su mener à bien une synthèse archéofuturiste. Le même genre de synthèse que, mutatis mutandis, les Européens devraient faire mais que, par lâcheté et colonisation américaine, ils sont totalement incapables de faire.

L’archéo, l’ancien, oui, mais pas le vieux et le périclité, mais le classique et le fondateur. Ce qui nous relie aux racines, et celles-ci à la terre nourricière. Pour les Chinois, Confucius. Pour l’Europe, Aristote ou Saint Thomas. Et commun à tous les peuples : le respect et l’amour des traditions, des anciens, de l’identité. S’abreuver à leurs sources toujours limpides, les sources de la tradition, pour reprendre des forces et s’élancer vers de nouveaux horizons. Les sources du passé (le passé de chaque peuple) nous catapultent vers l’avenir.

Le «futurisme», le nouveau et l’avenir. Réveiller les identités ancestrales, ce qui n’est pas collectionner des momies dans des tombes sombres, mais susciter des modes d’éthique plus fondateurs que n’importe quel fragment d’ADN ou n’importe quelle mesure crânienne, plus efficaces que tous les discours doctrinaires et nostalgiques.

Les Chinois se sont occidentalisés au XXe siècle. Ils le reconnaissent eux-mêmes, ils l’acceptent, ils ne le nient nullement. Qu’ils apprennent la leçon chinoise, typique des grands réalistes et pragmatiques, que ces indigénistes ridicules, dont beaucoup portent des noms de famille et des teints asturiens, montagnards et biscayens, prennent une leçon. Que les «réparateurs» noirs qui obligent leurs semblables à s’agenouiller devant eux à la moindre occasion prennent une leçon. Que les pleurnichards qui ne cessent de geindre et de dire «l’Espagne nous vole» prennent note. Les Chinois ont été occidentalisés sous la faucille et le marteau, le drapeau rouge et le livre – non moins rouge – de Mao. Les Chinois ont été occidentalisés par la dialectique hégélienne et les chiasmes tordus et alambiqués de Marx, des matérialistes et des «progressistes». Les révolutionnaires asiatiques ont apporté l’industrie, l’électricité, la science moderne, l’abolition des classes sociales et mille autres choses, toutes nées et conçues dans l’esprit des Européens. Ils se sont occidentalisés, mais n’ont semblé abjurer que momentanément leurs origines millénaires chinoises, totalement chinoises. Aujourd’hui, la puissance destinée à dépasser l’empire yankee est prête à s’abreuver à ses immenses sources indigènes. En d’autres termes, une leçon d’archéofuturisme.

Cette occidentalisation a-t-elle donné lieu à une réaction indigène, à un rejet de toute idéologie ou mentalité qui leur était étrangère ? Pas du tout. Le professeur Yao Yang, l’un des plus grands économistes et penseurs actuels de la puissance émergente, rallié à la «nouvelle gauche» chinoise autour de Xi Jinping, estime que la clé réside dans une sinisation du socialisme.

Marx sinisé – qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que l’on s’éloigne des approches doctrinaires. Il s’agit d’une sorte de mentalité pragmatique qui n’a rien à voir avec l’opportunisme ou le cynisme, comme la propagande sinophobe veut parfois le faire croire. Elle est liée à l’«archéo-éthique» propre à la Chine, si profondément enracinée dans le substrat collectif de cet immense peuple de milliards de citoyens. L’archéo-éthique confucéenne nous dit que les idées, en elles-mêmes, ne valent pas grand-chose si elles ne sont pas mises à l’épreuve de manière graduelle et mesurée. C’est l’archéo-éthique qui nous rappelle que les murs contre les barbares sont désormais construits grâce à la haute technologie et à la haute efficacité de chaque travailleur, soldat, entrepreneur ou fonctionnaire. Il s’agit de parvenir à une bonne répartition des richesses (rural-urbain, centre-périphérie, parti-populaire…) en supposant que la lutte des classes est aujourd’hui heureusement éteinte.

Les Chinois d’aujourd’hui sont eux-mêmes une leçon pour le monde. Ils ne financent pas de coups d’État ou de révolutions de couleur. Ils ne pensent qu’à faire de bonnes affaires entre eux. Contrairement aux transactions commerciales avec les Anglo-Américains, les Mahométans et les «partenaires» européens (c’est-à-dire les Francs et les Allemands), qui sont si minables, les transactions commerciales avec les Chinois ne sont pas toujours du type «l’un gagne, l’autre perd». Il s’agit souvent d’accords mutuellement avantageux. Pour l’un plus que pour l’autre, mais avantageux pour les deux parties dans de nombreux cas. Ils en savent déjà beaucoup à ce sujet en Afrique, en Amérique latine et ailleurs. Les Chinois négocient avec des dictateurs, et alors ? Ils ne jugent pas : si un peuple veut des dictateurs, c’est son choix. Un empire chinois n’est pas un empire anglo-saxon : supprimer des dictateurs et en installer d’autres, ce n’est pas de l’économie, c’est de la prédation et de l’ingérence. L’empire chinois, devenu un État socialiste de marché hautement technologique, est un empire civilisateur, pas un empire pirate. Son rôle géopolitique ne peut être que multipolaire et constructif : de nouvelles règles doivent être générées sur l’échiquier mondial. Celles-ci doivent inclure la non-ingérence dans les régimes et les traditions de chaque peuple.

Mais revenons à l’essai de Yao Yang. Le lecteur trouvera dans ces pages une auto-perception plus que curieuse de l’éthique fondatrice de la Chine. Une vision de son peuple, de son histoire et de sa projection dans l’avenir qui heurte de plein fouet la propagande raciste anglophone sur le civilisation chinoise. Cette propagande, si répandue dans le cinéma, présente les Chinois comme un peuple indolent, semi-civilisé, habitué à vivre sous le despotisme et, tendanciellement ou instinctivement, collectiviste. Selon les circonstances du moment, des traits similaires ont été utilisés pour qualifier les Hispaniques, les Russes, les Africains, etc., c’est-à-dire les peuples et les empires qui ont opposé une résistance à l’impérialisme anglo-saxon. Cela suffit à nous mettre sur nos gardes. Mais contre les clichés de la propagande anglo-yankee, contre la caricature du petit Chinois à nattes, servile mais rusé, robot indifférencié face à une masse égalitaire, captive des despotes, masse qui par son nombre représentait déjà le «péril jaune», notre auteur, Yao Yang, invoque un peuple individualiste (mais profondément enraciné dans la famille et la communauté locale). Un peuple raisonnable, pragmatique, éduqué à la vertu… La philosophie germanique, si puissante et profonde, est également tombée dans le piège des clichés «occidentaux» : Nietzsche et Spengler, mais aussi notre Ortega (dans ce qu’il avait de germanique et d’«européiste») ont écrit des paragraphes lamentables sur les Chinois, qui nous ont éloignés de la vérité.

Le professeur Yang nous surprend avec un portrait du Chinois d’aujourd’hui, un véritable archéofuturiste, un type d’homme qui, au nom du progrès techno-scientifique que lui et son peuple sont les seuls à mener, se veut l’héritier de Confucius et le participant d’une «révolution» pacifique qui appelle à l’éducation et à la dignité matérielle de tous les hommes. Il réclame de nouvelles règles du jeu sur l’échiquier mondial, des règles qui bannissent définitivement la prédation anglo-saxonne. L’auteur nous surprend en parlant d’un Confucius qui était déjà, à l’époque axiale, au Vème siècle avant J.-C. !, un vrai libéral, un libéral plus libéral que l’esclavagiste et persécuteur des catholiques appelé Locke ! Si l’on entend par libéral celui qui revendique une éthique de la personne au service des autres par le biais du perfectionnement de soi, on commence à se comprendre…

Pendant que les universités de l’Occident collectif pourrissent et mijotent dans leur propre graillon (études de genre, pédagogie, mémoire historique et autres pseudo-sciences), les centres d’élite asiatiques lancent chaque année des millions de diplômés hautement qualifiés, comme les soldats d’une immense armée, des armées et des armées de cerveaux aptes à la transformation du monde.

L’Espagne prépare son autodestruction, qui passe par l’explosion de ce qui fut sa belle machine éducative de granit construite sous le régime franquiste, une machine éducative dont il ne reste plus rien. L’Espagne avait réussi à endiguer l’eau et à réserver les cerveaux pour les temps difficiles. Suite à l’avènement de la Constitution de 1978, les barrages qui contenaient l’idiotie ont été rompus et l’ont maintenue à distance. Aujourd’hui, l’idiotie nous submerge et nous étouffe. La Chine a pris la direction la plus opposée que nous puissions imaginer : la culture de l’excellence académique, professionnelle, de la fonction publique et techno-scientifique. Bien sûr, au lieu d’un tas de ferraille de partis politiques parasites et charognards, ils ont un Parti-Timonier. Le PCC dirige la nation et est lui-même une école de dirigeants.

L’essai récemment publié par les éditions Letras Inquietas, («La nouvelle philosophie politique chinoise» de Yao Yang, Lettras Inquietas) est une grande opportunité pour tous ceux d’entre nous qui aspirent à une certaine sinisation de l’Europe et de l’Espagne, aujourd’hui si exangues et misérables.

source : Euro-Synergies

Comments are closed.