France : Les migrants et les SDF «déplacés en masse» avant les JO de Paris 2024

856

par Press TV

Quelque 500 migrants et SDF ont été déplacés de la capitale vers des zones rurales et des petites villes de France alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques d’été de 2024 en juillet et août. Les autorités françaises prétendent que ces relocalisations ne sont pas liées aux Jeux, mais dues à la saturation des centres d’hébergement d’urgence.

Au moins 500 migrants et sans domicile fixe (SDF) ont été déplacés de la capitale vers des zones rurales et des petites villes de France alors que Paris se prépare à accueillir les Jeux olympiques d’été de 2024 en juillet et août. Cette décision est considérée par les militants humanitaires et certaines autorités locales comme une tentative de cacher les sans-abris avant l’événement.

Certains maires régionaux ont exprimé leurs inquiétudes face aux nouveaux arrivants dans leur région. Serge Grouard, maire d’Orléans, dans le centre de la France, a confirmé lundi aux journalistes que des rumeurs circulaient selon lesquelles cette décision visait à «nettoyer les ponts» de la capitale avant les Jeux olympiques.

Grouard a déclaré que jusqu’à 500 migrants sans abri sont arrivés dans la ville à son insu. «Je n’en suis pas sûr, mais évidemment la coïncidence est troublante», a-t-il indiqué. «Les nouveaux arrivants se voient proposer trois semaines dans un hôtel aux frais de l’État, mais sont ensuite laissés à eux-mêmes», a-t-il expliqué. L’adjointe au maire de Strasbourg, Floriane Varieras, a déclaré à l’AFP qu’elle était confrontée à des problèmes similaires, qualifiant la situation d’«opaque».

Certains militants humanitaires ont également lié cette décision aux prochains Jeux olympiques d’été, affirmant que le gouvernement avait lancé la campagne pour rendre la capitale française «plus présentable». «Si l’idée est simplement de cacher la misère et le sans-abrisme et de purifier l’air avant les Jeux olympiques, cela ne fonctionne vraiment pas sur le plan humanitaire», a affirmé Paul Alauzy de l’ONG Médecins du Monde à Euronews.

Le bureau régional de sécurité de l’État a réitéré mardi que les récentes relocalisations étaient le résultat de la saturation des centres d’hébergement d’urgence, ajoutant que la mesure n’était pas liée aux Jeux olympiques.

Certaines des personnes relocalisées ont également confirmé à Euronews qu’il leur avait été conseillé de changer de région, la raison invoquée étant la surpopulation.

La France a reçu 167 000 demandes d’asile en 2023, soit le deuxième nombre le plus élevé de l’Union européenne, avec des migrants principalement originaires d’Afrique, d’Asie du Sud et du Moyen-Orient.

La demande d’hébergement d’urgence à court terme dépassant largement l’offre, des camps de fortune émergent régulièrement autour de la capitale et sont régulièrement attaqués et démantelés par la police.

La France ne serait pas le premier hôte des Jeux olympiques à recourir à ce type de mesures.

source : Press TV

Comments are closed.