Haïti : La situation est «cataclysmique», selon l’ONU

862

par RT France

La situation en Haïti est «cataclysmique», avec 1554 tués au cours des trois premiers mois de 2024, a alerté ce 28 mars l’ONU. L’organisation internationale déplore que les «frontières poreuses» facilitent l’approvisionnement des gangs en armes et munitions.

«Il est choquant de constater qu’en dépit de l’horreur de la situation sur le terrain, les armes continuent d’affluer. J’appelle à une mise en œuvre plus efficace de l’embargo sur les armes», a déclaré le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, dans la présentation d’un nouveau rapport sur Haïti ce 28 mars.

«Des facteurs structurels et conjecturaux ont conduit Haïti à une situation cataclysmique, caractérisée par une profonde instabilité politique et des institutions extrêmement fragiles», toujours selon ce rapport.

Haïti, qui vivait déjà une profonde crise politique et sécuritaire, est en proie à un regain de violences depuis le début du mois, plusieurs gangs ayant uni leurs forces pour attaquer des lieux stratégiques de Port-au-Prince, affirmant vouloir renverser le Premier ministre Ariel Henry.

Très contesté, ce dernier n’a pas pu regagner son pays après un déplacement au Kenya au début du mois. Il a accepté de démissionner le 11 mars, et le futur conseil présidentiel haïtien, qui doit prendre les rênes du pays, s’est engagé le 27 mars à restaurer «l’ordre public et démocratique».

Selon l’ONU, «la corruption, l’impunité et la mauvaise gouvernance, aggravées par les niveaux croissants de violence des gangs, ont érodé l’État de droit et conduit les institutions de l’État (…) au bord de l’effondrement».

Le nombre de personnes tuées et blessées par la violence des gangs a augmenté de manière significative en 2023 : 4451 tués et 1668 blessés, indique le rapport. Le nombre de victimes est en forte hausse au cours des trois premiers mois de 2024, avec 1554 tués et 826 blessés à la date du 22 mars.

Une «puissance de feu supérieure» à celle de la police

Le Haut-Commissariat note qu’en dépit de l’embargo sur les armes, «le trafic illicite d’armes et de munitions à travers des frontières poreuses a fourni une chaîne d’approvisionnement fiable aux gangs», de sorte qu’«ils disposent souvent d’une puissance de feu supérieure à celle de la police nationale haïtienne».

Il réitère la nécessité de déployer d’urgence une mission multinationale de soutien à la sécurité pour aider la police nationale à mettre fin à la violence et à rétablir l’État de droit.

Mais Volker Türk souligne qu’«il est essentiel que la mission intègre effectivement les droits humains dans la conduite de ses opérations».

Selon le rapport, les gangs continuent d’utiliser la violence sexuelle pour brutaliser, punir et contrôler la population. Mais les violences sexuelles sont très peu signalées et restent le plus souvent impunies. Les gangs continuent aussi de recruter et d’abuser des enfants, garçons et filles, dont certains ont été tués alors qu’ils tentaient de quitter les rangs de ces groupes.

Parallèlement à l’intensification de la violence des gangs et à l’incapacité de la police à la contrer, des «brigades d’autodéfense» ont continué à apparaître et à se faire justice elles-mêmes, selon le rapport.

Au moins 528 cas de lynchage (510 hommes et 18 femmes) ont été signalés en 2023, et 59 autres en 2024. Si certains meurtres semblaient spontanés, d’autres auraient été encouragés, soutenus ou facilités par des policiers et des membres de gangs appartenant à la coalition connue sous le nom de G9 et à ses alliés, selon le rapport.

source : RT France

Comments are closed.