Les États-Unis bloquent la candidature palestinienne à l’ONU, pourtant largement soutenue

873

par Modeste Dossou

Comme ils l’avaient annoncé plus tôt, les États-Unis ont effectivement empêché l’ONU de reconnaître un État palestinien en opposant leur veto au Conseil de sécurité. Cette action américaine refuse ainsi à l’Autorité palestinienne l’adhésion à part entière à l’organisation mondiale en tant qu’Etat.

Les États-Unis affirment qu’un État palestinien indépendant devrait être établi par le biais de négociations directes entre Israël et l’Autorité palestinienne et non par l’action de l’ONU. C’est donc ce qui justifie leur décision de bloquer l’adhésion de la Palestine à l’ONU comme Etat membre, alors même qu’aucun des quatorze autres membres ne s’y sont opposés. 

Washington a opposé son veto à un projet de résolution recommandant aux 193 membres de l’Assemblée générale de l’ONU que « l’État de Palestine soit admis comme membre des Nations Unies ». La Grande-Bretagne et la Suisse se sont abstenues, tandis que les 12 membres restants du Conseil ont voté oui.

Les Palestiniens sont actuellement un État observateur non membre, une reconnaissance de facto du statut d’État accordé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2012. Mais une candidature pour devenir membre à part entière de l’ONU doit être approuvée par le Conseil de sécurité, puis par au moins les deux tiers de l’Assemblée générale.

La pression palestinienne pour une adhésion à part entière à l’ONU intervient six mois après une guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, et alors qu’Israël étend ses colonies en Cisjordanie occupée et massacre des milliers de civils dans la bande de gaza.

Dans une déclaration au Conseil, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a indiqué que « Les récentes escalades rendent encore plus important le soutien aux efforts de bonne foi visant à trouver une paix durable entre Israël et un État palestinien pleinement indépendant, viable et souverain ». « L’incapacité de progresser vers une solution à deux États ne fera qu’accroître la volatilité et les risques pour des centaines de millions de personnes dans la région, qui continueront de vivre sous la menace constante de la violence », a-t-il déclaré.

Le Conseil de sécurité de l’ONU soutient depuis longtemps la vision de deux États vivant côte à côte au sein de frontières sûres et reconnues. Les Palestiniens veulent un État en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, tous des territoires colonisés par Israël en 1967.

Comments are closed.