Le président iranien accuse Israël d’avoir tué un scientifique

27

Appel à la vengeance après l’assassinat vendredi de Mohsen Fakhrizadeh, le plus grand scientifique nucléaire iranien, en périphérie de la capitale Téhéran

TRiboLAND.com avec aa.com

Syed Zafar Mehdi |28.11.2020

Samedi, le président iranien s’est joint à d’autres hauts responsables pour accuser Israël d’avoir tué le plus grand scientifique nucléaire du pays, un incident qui a attisé les tensions dans la région.

S’exprimant le lendemain de la mort de Mohsen Fakhrizadeh par des assaillants non identifiés dans la banlieue de la capitale Téhéran, Hassan Rouhani a déclaré que le meurtre n’affectera pas les progrès scientifiques de l’Iran.

« Une fois de plus, les mains maléfiques de l’arrogance mondiale ont été tachées du sang du régime sioniste usurpateur mercenaire », a-t-il dit, faisant référence à l’ennemi juré de l’Iran, Israël.

Il a ajouté que l’« horrible incident terroriste » découlait de l’« incapacité » des « ennemis de l’Iran » de freiner ses progrès et son développement scientifiques.

Les appels à la vengeance se multiplient en Iran après que de nombreux hauts responsables militaires et politiques ont pointé du doigt Israël et ont juré « de fortes représailles ».

C’est le deuxième assassinat notoire cette année depuis janvier, lorsqu’une frappe aérienne américaine a tué le général Qasem Soleimani. Les responsables en Iran voient la coordination israélo-américaine dans la loi.

Fakhrizadeh, qui dirigeait la recherche et l’innovation au ministère iranien de la Défense, a été attaqué dans le comté de Damavand, près de Téhéran, vendredi. Les assaillants auraient fait exploser un véhicule devant lui, puis auraient tiré sur son véhicule, le blessant ainsi que d’autres personnes avec lui. Les blessés ont été transportés d’urgence à un hôpital voisin, où Fakhrizadeh a finalement succombé à ses blessures.

Colère et indignation

L’incident a suscité la colère et l’indignation partout en Iran. Vendredi soir, un grand nombre de personnes se sont rassemblées devant le bureau de Rouhani à Téhéran et ont exigé de fortes représailles.

Les manifestants ont scandé des slogans comme « pas de compromis, pas de reddition, seulement la lutte », ce qui a ajouté de la pression sur le gouvernement sortant quelques jours après qu’il ait étendu une branche d’olivier à la nouvelle administration américaine.

Vendredi, de nombreux hauts fonctionnaires ont condamné l’assassinat et parlé de « vengeance sévère ». Gén. Mohammad Baqeri, chef d’état-major de l’armée iranienne, a accusé les « terroristes » affiliés à Israël d’avoir tué Fakhrizadeh, le qualifiant de « coup dur » à la défense du pays.

Baqeri, qui avait une longue association avec Fakhrizadeh, a déclaré que « la vengeance dure » attend ses assassins. Le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, parmi les premiers à condamner l’assassinat du scientifique du nucléaire, a déclaré qu’Israël était « susceptible d’y avoir participé ».

Le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, a déclaré que le meurtre de Fakhrizadeh montre « la profondeur des ennemis haïs envers la République islamique ». Il a également déclaré que les premières trousses de dépistage de la COVID-19 du pays ont été produites dans un centre de recherche dirigé par le scientifique tué, le saluant comme un pionnier dans la lutte contre la pandémie en Iran.

A survécu à des tentatives d’assassinat

Brig. Gen. Hossein Dehghan, le principal conseiller militaire du chef suprême Ali Khamenei et l’un des principaux candidats à l’élection présidentielle de l’an prochain, a déclaré qu’Israël fait « tous les efforts possibles pour déclencher une guerre totale » contre l’Iran, ajoutant qu’ils « regretteront leur acte ».

Le ministre du Renseignement, Mahmoud Alavi, a également déclaré dans une déclaration ferme que son pays « se vengera des auteurs » de l’acte.
Selon des sources informées, Fakhrizadeh était depuis longtemps sur le radar de l’agence d’espionnage israélienne Mossad. Il avait survécu à quelques tentatives d’assassinat dans le passé.

En 2018, il a été mentionné par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d’une présentation sur le programme nucléaire iranien, le désignant comme un pionnier du programme.

Fakhrizadeh est la dernière d’une série d’attaques contre d’éminents scientifiques iraniens du nucléaire ces dernières années, que l’Iran a toujours blâmées sur Israël.

Un titre en première page d’un journal iranien conservateur de samedi disait : « Si nous ne ripostons pas [en arrière], ils continueront de nous frapper ». La situation dans le pays est tendue, et il semble y avoir désaccord sur la question des représailles entre Rohani et les hauts responsables militaires.