Le premier pays à formellement interdire le mensonge en politique ?

3
0
Share:
TRiboLAND

par Gilbert Guingant

Constat brut : seuls 9% des habitants du Royaume-Uni auraient… confiance dans le métier de politiciens. Remède ? Les élus et candidats ayant été reconnus coupables d’avoir sciemment menti pourraient être destitués. Cette toute nouvelle manière de voir les choses crée, alors, un processus judiciaire indépendant. Afin de gérer ce si novateur «il n’est plus recommandé de mentir en politique».

Cette décision inattendue était, en fait, très attendue !

C’est même une grande loi qui sauverait la France : Le Pays de Galles s’engage à punir les politiciens qui mentent. Non non ce ne sont pas des utopistes puisque c’est un gouvernement qui propose de mettre en place cette loi avant les élections législatives de 2026. Ils argumentent que ce sera le retour puissant de la vraie démocratie, qu’il faille protéger les électeurs et non les tromper sans cesse comme actuellement, que les grands «délinquants électoraux» sont ces politiciens qui mentent. Qu’il s’agit donc de les punir publiquement, d’étaler leurs désastreux comportements en plein jour, et de permettre aux électrices et électeurs, toujours spoliés de se sentir enfin bien dans leur peau. Une loi remet la supériorité des lois en œuvre. Nuls politicards ne sont plus au-dessus des lois. En politique il devient illégal de mentir !

Voici – et si simple – qui change tout.

1. Renversements complets des priorités : les électeurs passent avant les futur élus !

Cette loi, dont les détails seront établis prochainement, sera mise en place avant les élections législatives 2026 du Pays de Galles… «afin d’y ramener la vraie démocratie».

Entendez plutôt : «Le public doit savoir qu’il peut faire confiance en ce qui est dit». Après un débat d’une heure, le gouvernement travailliste gallois s’est engagé, ce mardi 2 juillet, à faire voter une loi qui rendrait… illégal le mensonge en politique. Oui illégal ! Considéré comme une «menace existentielle» par les membres du Parlement, le mensonge est prouvé nuire, de flagrante manière, à la démocratie.

• Le Pays de Galles s’engage à punir les politiciens qui mentent

Le but maintenu ? : «disqualifier les membres et les candidats reconnus «coupables» de tromperie délibérée, par le biais d’un processus judiciaire indépendant», a annoncé Mick Antoniw, le conseiller général du gouvernement gallois.

Au Parlement, la promesse d’une loi future a en tout cas été adoptée avec 26 voix, 13 contre et 13 abstentions, indique la BBC. «Notre gouvernement s’est engagé à ce que notre démocratie soit la première au monde à introduire une interdiction générale de la tromperie des hommes politiques».

Même: «S’il s’agit d’une petite minorité de politiciens (…) qui déforment délibérément la vérité pour leur propre profit politique, mais ils empoisonnent la vie de tout le monde», explique Adam Price dans des propos rapportés par The Guardian, avant d’ajouter qu’une «démocratie commence à s’effondrer si les électeurs ne peuvent pas faire confiance à ce que disent les élus».

Les voyous déguisés en politicards enfin identifiés ! Proprement méticuleusement qualifiés. Et très fermement engueulés. Du jamais vu… avant !

Que les fauteurs de troubles retournent à la nursery !

2. Une interdiction générale de la tromperie des hommes politiques

Les électrices et électeurs traités comme des paillassons que les politicards peuvent piétiner sans risque ? En fait, les politiciens… pouvaient les insulter, spolier, trahir, tromper : la séquestration des votes avait trop lieu. Et ces «consignes de votes» qui apparaissent comme une dictature politicienne qui empêche de voter librement. Les électrices et les électeurs se voyaient dépossédés de leur «droit» de voter ? Tous ces détournements de Constitution ne vont plus pouvoir exister du tout. L’obligation «de sincérité» pour les candidats élus prend enfin son vrai sens. Ces nommés candides candidats sinon… aux machines à laver leurs pestes nauséabondes. Le respect complet envers les électrices et les électeurs devient la norme acceptée. Voici qui représente vraiment le «remettre les choses à l’endroit» tant espéré

Découvrons, enfin, ce pays qui est le berceau de cette idée de véridique moralisation de la vie publique

Pays de Galles. Wales. Cymru.

 «Le nom français Galles est issu du nom anglais Wales, avec durcissement du /w/ en /g/.

En gallois, le pays de Galles s’appelle Cymru et ses habitants, Cymry. Cet endonyme dérive du proto-brittonique (en) combrogi «compatriote», probablement en usage dès avant le VIIe siècle.» (source : Wikipédia).

 «Le pays de Galles est une nation constitutive du Royaume-Uni. Elle est représentée à la Chambre des communes et constitue une circonscription électorale pour les élections européennes.

Depuis 1999, le pays de Galles dispose d’une Assemblée nationale dotée de compétences propres. En 2020, cette Assemblée devient le Parlement gallois

Leur gouvernement reste traditionnellement travailliste. Précédant donc le gouvernement à majorité absolue de Keir Starmer. Et – cerise sur le gâteau – le premier ministre du Pays de Galles est le… premier noir élu d’Europe.

Un sans-faute innovateur !!!

source : Imagiter

Share: