Après la France et les États-Unis, l’armée allemande s’apprête à quitter le Niger

21
0
Share:
TRiboLAND

Par Fred Krock

Alors que l’armée allemande s’apprête à quitter le Niger, marquant la fin d’une ère de présence militaire occidentale au Sahel, une nouvelle dynamique émerge dans la région. Ce départ, suivant ceux des forces françaises et américaines, souligne un changement de paradigme dans la gestion de la sécurité régionale.

Le retrait des troupes allemandes, acté après l’échec des négociations avec les autorités nigériennes, révèle une volonté croissante des pays africains de redéfinir les termes de leur coopération internationale. Les exigences posées par le Niger, jugées « inacceptables » par Berlin, témoignent d’une détermination à établir des partenariats « d’égal à égal ».

L’Afrique refuse d’être spectateur de son propre destin

« Nous ne pouvons plus accepter d’être de simples spectateurs de notre propre sécurité, » déclare à Afrik.com un haut responsable nigérien sous couvert d’anonymat. Cette position reflète un sentiment partagé dans toute la région : l’Afrique doit prendre en main sa propre destinée.

Certes, le départ des forces occidentales laisse un vide sécuritaire important. Cependant, il offre aussi une opportunité sans précédent pour les pays du Sahel de renforcer leur coopération régionale et de développer des solutions endogènes aux défis auxquels ils font face.

Loin de tourner le dos à la communauté internationale, les pays du Sahel appellent à une redéfinition des modalités de coopération. « Nous sommes ouverts au soutien international, mais dans le respect de notre souveraineté, » souligne un diplomate malien.

L’urgence d’une réponse africaine

Face à la menace persistante du terrorisme, les pays du Sahel intensifient leurs efforts pour développer des capacités militaires autonomes. Des initiatives comme la Force conjointe du G5 Sahel, malgré ses difficultés, illustrent cette volonté d’apporter une réponse africaine aux problèmes africains.

Tout en affirmant leur autonomie, les leaders sahéliens appellent à une solidarité internationale renouvelée. « Nous avons besoin de partenaires, pas de protecteurs, » affirme notre source. Cette approche vise à combiner ressources locales et soutien international dans un cadre respectueux de la souveraineté africaine.

Le départ des troupes occidentales du Sahel marque ainsi le début d’une nouvelle ère. Une ère où l’Afrique, forte de ses expériences passées, s’efforce de tracer sa propre voie vers la stabilité et le développement. Le chemin sera sans doute semé d’embûches, mais la détermination des pays sahéliens à prendre en main leur destin ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir de la région.

Share: