Les BRICS élargissent les opportunités d’influencer la gouvernance mondiale

3
0
Share:
TRiboLAND

Dans le journal indépendant de Hong Kong Asia Times, ce professeur de géopolitique indien fait un bilan à la fois plein d’espoir mais aussi de prudence par rapport au BRICS, en pointant à la fois les atouts et les différences entre les membres actuels. Le fait qu’il y ait une vingtaine de candidats à l’adhésion montre à la fois la réussite en tant qu’alternative au G7 dirigé par les États-Unis et la prudence qu’exige la période. Si l’on daigne sortir du système non d’information mais de propagande auquel nous sommes soumis, nous voyons naître un autre monde, avec des difficultés mais aussi la volonté d’assumer les problèmes et de trouver des solutions. La période est dangereuse mais elle présente tellement d’opportunités qu’il est fou pour des communistes de paraitre l’ignorer sans mesurer les moyens qui existent d’agir dans le sens de la paix et contre l’extrême-droite.

Danielle Bleitrach

L’essor économique des BRICS marque également un défi important pour «l’ordre mondial libéral» dirigé par les États-Unis

par Swaran Singh

Cette semaine, les cinq ministres des Affaires étrangères des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se rencontreront au Cap. Le deuxième jour de leur rencontre, ils seront rejoints par 15 autres ministres des Affaires étrangères représentant l’Afrique, les pays du Sud et les «Amis des BRICS». Entre autres choses, ces délibérations viseront à consolider l’ordre du jour du sommet des BRICS qui se tiendra du 22 au 24 août de cette année.

Quelles sont les questions fondamentales qui devraient engager leurs interactions, et qu’est-ce qui fait des BRICS un forum de plus en plus décisif pour la gouvernance mondiale ?

BRICS 2.0

Au cours de leur deuxième décennie, les BRICS sont devenus le groupe le plus puissant du monde, avec une reconnaissance croissante pour être la locomotive de la croissance mondiale. Mais l’essor économique des BRICS marque également une dérive géopolitique importante, car ce regroupement est désormais considéré comme une alternative à «l’ordre mondial libéral» dirigé par les États-Unis.

Par exemple, le produit intérieur brut collectif des BRICS a dépassé le Groupe des sept pays industrialisés avancés dirigé par les États-Unis. En termes de parité de pouvoir d’achat, alors que le PIB collectif du G7 est passé de 50,42% du PIB mondial en 1982 à 30,39% en 2022, le PIB des BRICS pour la même période a augmenté sa part de 10,66% à 31,59%.

En outre, alors que la pandémie de Covid-19 a ralenti les économies du G7, les économies des BRICS – en particulier celles de la Chine et de l’Inde – ont continué de montrer un fort potentiel.

En outre, la guerre en Ukraine a ouvert la voie à ce que les BRICS deviennent de plus en plus visibles, car le groupement est considéré comme le partenaire le plus fiable de la Russie. Outre la Russie elle-même, aucun des quatre autres pays des BRICS n’a soutenu l’une des résolutions occidentales condamnant les opérations militaires de Moscou. Ils n’ont pas non plus collaboré avec les sanctions économiques occidentales qui cherchent à imposer des obligations à d’autres nations.

En effet, les BRICS ont émergé comme la base de soutien unique maintenant l’économie russe à flot. En outre, alors que les États-Unis ont été occupés à lever une coalition d’environ 50 pays pour fournir à l’Ukraine de quoi soutenir ses efforts de guerre, l’Afrique du Sud, le président actuel, a donné la priorité aux BRICS jouant un rôle plus important dans la fin du conflit entre l’Ukraine et la Russie.

Individuellement également, la Chine et l’Inde ont exploré des moyens de faciliter une fin rapide de la guerre en Ukraine.

Cela reflète clairement l’audace nouvelle des BRICS. Face à l’émission de mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale à l’encontre du président Vladimir Poutine pour ses soi-disant crimes de guerre en Ukraine, l’Afrique du Sud a annoncé accorder l’immunité diplomatique de tous les responsables russes. Cette confiance et cet enthousiasme à la fois au sein des BRICS et à propos des BRICS rendent leurs discussions intéressantes et intrigantes, avec des implications qui vont bien au-delà de ces cinq nations.

Expansion des BRICS

Par exemple, environ deux douzaines de pays ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe des BRICS. Environ 20 ont officiellement demandé leur adhésion, qui est bien sûr restée gelée depuis que l’Afrique du Sud a rejoint le groupe original du BRIC en 2011.

Ces candidats comprennent des pays du monde entier : Algérie, Argentine, Bahreïn, Bangladesh, Biélorussie, Égypte, Indonésie, Iran, Nigeria, Arabie saoudite, Sénégal, Soudan, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, Venezuela, Zimbabwe et ainsi de suite.

Au sein des BRICS également, la réticence des pays membres à s’ouvrir a été débattu. La Chine a généralement été le plus ardent partisan de l’expansion, tandis que l’Inde était considérée comme la plus réticente. Au fil des ans, la Russie, le Brésil et l’Afrique du Sud – dans cet ordre – ont également montré une plus grande inclination à ajouter de nouveaux membres, bien que chacun d’eux ait ses propres préférences.

La guerre en Ukraine a vu la Russie soutenir de plus en plus l’expansion des BRICS. Cela est motivé par son besoin d’élargir sa base de soutien contre la censure et les sanctions occidentales.

New Delhi reste préoccupé par le fait que Pékin tente d’intégrer davantage de ses amis dans le forum, ce qui pourrait entraîner la marginalisation de l’Inde. Mais avec l’Inde maintenant la cinquième plus grande économie du monde, New Delhi peut avoir ses propres raisons de soutenir des nations amies comme l’Argentine, l’Indonésie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Alors que les membres des BRICS devront parvenir à un consensus sur des critères détaillés et d’autres modalités d’inclusion des nouveaux membres, cet intérêt mondial croissant renforce certainement la crédibilité et l’influence des BRICS sur la gouvernance mondiale.

L’expansion du commerce intra-BRICS a été le principal outil pour renforcer le forum. Cela a récemment été l’objet d’une attention croissante concernant l’exploration d’alternatives pour réduire leur dépendance au dollar américain, et la création d’une monnaie BRICS devrait être en tête de leur ordre du jour cette semaine.

Le gel des avoirs russes par l’Occident en a fait une priorité, où certains membres des BRICS ont déjà mis en place des mécanismes d’utilisation des monnaies locales. La Chine travaille à la mondialisation de son yuan. New Delhi a également mis au point des accords pour le commerce des roupies indiennes avec 18 pays.

Programme de l’Inde

L’Inde, qui accueillera deux sommets consécutifs – de l’Organisation de coopération de Shanghai les 3 et 4 juillet, suivi de la réunion du G20 les 9 et 10 septembre – a cherché à utiliser ces réunions multilatérales pour dégager un consensus sur son propre ordre du jour. Mais en plus de ces préoccupations, la réunion des ministres des Affaires étrangères des BRICS cette semaine verra les réunions bilatérales du ministre indien des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar avec la Chine et la Russie susciter un examen et un intérêt particuliers.

Le sommet du G7 d’Hiroshima il y a deux semaines a vu le Premier ministre indien Narendra Modi avoir sa première réunion bilatérale en personne depuis le début de la guerre en Ukraine avec le président Volodomyr Zelensky.

Pendant la guerre, ces deux dirigeants s’étaient parlé quatre fois par téléphone, et avant cela, ils ne s’étaient rencontrés que brièvement au sommet de Glasgow sur le changement climatique en 2021. Mais maintenant, après la réunion de ce mois-ci, l’appel de Modi à «élever la voix contre les tentatives unilatérales de changer le statu quo», même s’il est prononcé dans le contexte des tensions frontalières entre l’Inde et la Chine, nécessitera quelques explications avec l’ami éprouvé de l’Inde, la Russie.

Ce fut également examiné dans le contexte de la rencontre de Modi avec Vladimir Poutine lors du sommet de Samarcande en septembre dernier, où le Premier ministre indien avait déclaré au président russe que «l’ère d’aujourd’hui n’est pas une ère de guerre», des mots qui ont été répétés ad nauseam dans les récits ukrainiens avec les médias occidentaux cherchant à les dépeindre comme l’avertissement de l’Inde à Moscou.

De même, alors que l’Inde se prépare à accueillir le président Xi Jinping aux sommets de l’OCS et du G20, cela a créé de fortes attentes de la part des deux parties pour trouver un début de solution dans leurs tensions frontalières.

Ceux-ci entreront bientôt dans leur quatrième année, les deux parties maintenant de lourds déploiements de troupes tandis que 18 séries de pourparlers de haut niveau et plus d’une douzaine de réunions interministérielles, ainsi que des réunions entre leurs ministres des Affaires étrangères et de la Défense, n’ont pas été d’une grande utilité jusqu’à présent.

Au Cap cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l’Inde et de la Chine auront leur troisième réunion bilatérale en trois mois. L’Inde a maintenu que les relations bilatérales ne peuvent pas être normales tant que l’impasse frontalière n’est pas résolue.

Conclusion

Toutes ces équations bilatérales des membres des BRICS ne manqueront pas d’avoir un impact sur leurs efforts pour construire un consensus multilatéral sur une série de questions, allant de l’élargissement de l’adhésion aux initiatives visant à relever les défis mondiaux. Beaucoup de ces questions sont également répercutées dans d’autres forums et auront un impact direct sur les prochains sommets de l’OCS, des BRICS et du G20.

Les BRICS sont considérés aujourd’hui comme la voix la plus formidable pour les pays du Sud sur la table haute des grandes puissances de l’ordre mondial dirigé par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Avec la guerre en Ukraine élargissant cette bipolarité, les BRICS devront faire preuve de prudence.

Deuxièmement, le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva qui deviendra le prochain président des BRICS en août donnera également plus de force pour en faire une alternative à la gouvernance mondiale dirigée par les États-Unis.

Pour que les BRICS surmontent leurs disjonctions internes et exploitent leurs opportunités historiques, il faudra non seulement une forte compréhension et confiance mutuelles, mais aussi une finesse diplomatique quotidienne et une clairvoyance pour des initiatives audacieuses. Et cela restera un travail en cours, car un BRICS élargi ne fera que rendre le consensus beaucoup plus difficile à atteindre.

source : Asia Times via Histoire et Société

Share: