Jake Sullivan : Les États-Unis agiront de façon « décisive » si la Russie utilise des armes nucléaires en Ukraine

1,826

Edward Helmore – The Guardian

25 Septembre 2022

L’Amérique et ses alliés agiront « de façon décisive » si la Russie utilise une arme nucléaire tactique en Ukraine, a déclaré dimanche le conseiller américain en matière de sécurité nationale, Jake Sullivan : réaffirmant la réponse antérieure de la Maison-Blanche à l’inquiétude croissante que les menaces de Vladimir Poutine risquent de se concrétiser.

« Nous avons communiqué directement, en privé et à de très hauts niveaux avec le Kremlin que tout usage d’armes nucléaires aura des conséquences catastrophiques pour la Russie, que les États-Unis et nos alliés réagiront de façon décisive, et nous avons été clairs et précis sur ce que cela impliquera. » Sullivan a dit à Face The Nation.

Sullivan a déclaré que le chef russe Poutine avait « brandi la carte nucléaire à divers moments pendant ce conflit », et c’est une question que l’administration de Biden a « à prendre au sérieux, parce qu’il s’agit d’une question d’une extrême gravité – l’utilisation possible d’armes nucléaires pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Dans un entretien séparé avec CBS, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré qu’il n’était pas certain que Poutine bluffait avec les menaces nucléaires. « Peut-être qu’hier c’était du bluff. Maintenant, ça pourrait être une réalité », a-t-il dit. « Il veut faire peur au monde entier. »

Le chef de la sécurité de l’administration a déclaré que la menace nucléaire de la Russie contre l’Ukraine, y compris l’extension de son parapluie nucléaire sur les parties orientales du pays qui sont toujours contestées sept mois après son invasion, ne détournerait pas les États-Unis et ses alliés.

« Nous continuerons d’appuyer l’Ukraine dans ses efforts pour défendre son pays et défendre sa démocratie », a déclaré M. Sullivan, soulignant que les États-Unis ont fourni plus de 15 milliards de dollars en armes, y compris des systèmes de défense aérienne, des centaines de pièces d’artillerie et des cartouches d’artillerie.

Il a déclaré que la mobilisation des troupes de Moscou était un « simulacre de référendum dans les régions occupées » qui ne dissuaderait pas les États-Unis. « Ce que Poutine a fait n’est pas exactement un signe de force ou de confiance – franchement, c’est un signe qu’ils éprouvent de graves difficultés du côté russe », a déclaré Sullivan.

Mais, a ajouté M. Sullivan, il est « trop tôt pour faire des prévisions exhaustives » sur l’effondrement des forces russes.

« Je pense que ce que nous voyons sont des signes de lutte incroyable entre les Russes – vous avez un moral bas, où les soldats ne veulent pas se battre. Et qui peut les blâmer parce qu’ils ne veulent pas participer à la guerre de conquête de Poutine dans leur pays voisin? »

Sullivan a ajouté : « La Russie est en difficulté, mais elle demeure un ennemi dangereux et capable d’une grande brutalité. » Il a fait allusion aux lieux de sépulture de masse contenant des centaines de tombes que les forces ukrainiennes ont découverts après avoir récupéré Izium de Russie et il a dit : « Nous continuons de prendre cette menace au sérieux. »

Il a ajouté que les organismes de réglementation nucléaire des États-Unis, de l’Agence atomique internationale et de l’Ukraine travaillent ensemble pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de « fusion » à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia dans l’est de l’Ukraine.

Les Russes, a-t-il dit, ont constamment laissé entendre qu’il pourrait y avoir un accident à cette usine.

Les réacteurs de la centrale, a dit M. Sullivan, ont été mis en « entreposage frigorifique » pour « s’assurer qu’il n’y a pas de menace de fusion ou autre chose à la centrale. Mais c’est quelque chose que nous devons tous surveiller de près. »

Par ailleurs, M. Sullivan a déclaré que les critiques des États-Unis concernant la répression des manifestations en Iran après la mort en détention policière de Mahsa Amini, 22 ans, n’affecteraient pas l’offre de l’administration de lever les sanctions contre l’Iran dans le cadre des efforts visant à parvenir à un accord sur l’enrichissement nucléaire.

« Le fait que nous soyons en négociation avec l’Iran sur son programme nucléaire n’a aucune incidence sur notre volonté et notre véhémence de dénoncer ce qui se passe dans les rues de l’Iran », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, M. Biden a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York que « nous sommes solidaires des braves citoyens et des femmes courageuses de l’Iran qui manifestent en ce moment pour protéger leurs droits fondamentaux ». Les propos du président américain sont intervenus peu après un discours provocateur du président iranien Ebrahim Raisi.

Dans son allocution de dimanche, M. Sullivan a déclaré que les États-Unis avaient pris des « mesures concrètes » pour sanctionner la police morale qui a causé la mort de Mahsa Amini.

« Nous avons pris des mesures pour qu’il soit plus facile pour les Iraniens d’avoir accès à Internet et aux technologies de communication pour se parler et parler au monde, et nous ferons tout notre possible pour soutenir les braves gens, les femmes courageuses, de l’Iran », a déclaré M. Sullivan.

Mais Sullivan a refusé d’être poussé sur si les États-Unis changeraient leur politique sur la levée des sanctions en échange d’un accord nucléaire à la lumière des manifestations.

« Nous parlons de diplomatie pour empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire », a-t-il déclaré. « Si nous … réussissons… , le monde, l’Amérique et ses alliés seront plus en sécurité. »

Mais la poursuite d’un accord sur le nucléaire, a dit M. Sullivan, « ne nous empêchera en aucune façon de dénoncer la répression brutale de l’Iran contre ses citoyens et ses femmes. Nous pouvons et nous ferons les deux. »

The Guardian

Comments are closed.